s
s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Ridou Said
Nacionalidad:
Tamazgha
E-mail:
oussanefoulkinine@gmail.com
Biografia

Ridou Said

Amazigh, né  le  01/01/1949  à  TANA ,  une  bourgade  située  dans  l’ ASAMMER ( SUD-EST )  marocain .  J’ai  fait  mes études  primaires entre  le  lieu de  ma  naissance  et  le  village  d’AZROU  N  AYT  MGILE   dans  la  montagne  du  moyen  ATLAS  ,  puis ,  au village  d’ AGHBAL  N  AYT  SEKHMAN   toujours  au  moyen  ATLAS ,  où  mes  parents  avaient  successivement  immigré  à la  recherche  d’une  vie  meilleure .

Mes  études  secondaires  du  premier  cycle collégial  avaient  eu  lieu  au  collège  MOHA  OU  SAID  à  KSIBA ;  un  village  situé  au  piedmont  du  moyen  ATLAS , prés  de  la  riche  plaine  du  TADLA.

Puis les  études  du  deuxième  cycle  successivement   aux  lycées  TIGHNARI   à FKIH  BEN  SALAH  dans  la  plaine  des  BENI  AMIR  et,  à  IBEN  AL  AOUAM  dans  la   capitale  économique  du  royaume  du  MAROC  à  CASABLANCA .

De  1970  à  fin  2006, j’ai  exercé  entant  que  fonctionnaire au  ministère  de  l’agriculture.

Passionné  de  la  culture , la  langue  et  l’identité  amazghes  qui  ont  subi  depuis  la  nuit  des  temps une  ingratitude  et  une négligence  de  la  part  des  responsables de  tout  temps ,  au  profit  de  celles  qui ne  sont pas les leurs  sur  une  terre  amazighe.


UNE  PEAU AMERE

  

Je  navigue  dans  la  mer ;

Mes  pensées  dans  l’air ;

Une  peau  amère ;

Un  mauvais  flair ;

Des  orages  et  des  tonnerres.

Mes  idées  se  lancèrent ;

Toutes  en  colère.

Des  enfants  et  leur  mère ;

Se  débrouillent  sur  cette  terre ;

Tels  des  insectes  de  bruyères.

Ôte-toi  de  là ;

C’est  ma  terre !!;

Vas-t  on !!   ai-je  dis ;

Ces  fleurs  sont  ma  mère ;

Et  encore  tu  te  fais  maire ;

Me   laissant  dans  la  misère.

Tu  es  une  panthère ;

Expert  en  pantières.

 

PERDUS  NOS  REPERES

Abus   sans   frontières ;

A  vous  le  capital ;

Nous  sommes  prolétaires ;

Soldats  et  mercenaires.

Tyrannie  héréditaire.

Je  répète !

Ici  c’est  ma  terre ;

Celle  de  mon  père ;

Et  des  arrières  grand-mères.

Oui,  majoritaires ;

Somme  toujours  derrière ;

Perdus  nos  repères ;

Et…, toujours  tributaires.

Mes  origines,  j’en  suis  fière ;

Au  nom  de  DIEU,  tu  me  fais  taire.

Discours  et,  promesses  mensongères … ;

J’aime  TAMAZGHA,  pierre  par  pierre.

Terrorisme  mercenaire ;

Oppression… et  déni  identitaire ;

Intimidations  judiciaires.

 

JE  SOLILOQUE  SOLITARE

Procès  et  sentences  arbitraires.

Bafoués,  mes  droits  élémentaires….

Les  lumières  éclairent ;

Notre  identité  millénaire.

TAMAWAYT,  stimulation  de  mon  imaginaire ;

Enjambe  montagnes  et  rivières ;

Me  soulage  telle  une  eau  qui  désaltère.

Alors,  que  viens-tu  faire ?

Si  ce  n’est  pour  déplaire.

De  moi,  tu  fais  un  mauvais   hère,

Je  soliloque  solitaire ;

Je  ne  veux  pas  me  taire.

Tu  viens  du  désert ;

Te  portes   pair ;

Tel  un  Lord  d’Angleterre.

Bavardage  de  commère ;

Tu  commandes  sans  commentaires ;

Magistrat  ou  commissaire.

Réglons  enfin,  cette  affaire !

N’en  avons  que  trop  souffert.

 

LA  VACHE   A  TRAIRE

Mon  cœur  se  serre ;

Des  miens  débonnaires ;

Tu  mets  ta  main  sur  le  « Berbère » ;

Cet  être  dignitaire ;

Qui  manque  de  manière ;

A  gérer  ses  affaires.

Vanité  et  miasme   de  vos  viscères ;

TAMAZGHA,  la  vache  à  traire ;

IMAZIGHN,  peuple  à  soustraire….

Furent  asservis  nos  pères.

Votre  racisme  est  vulgaire.

De  nos  beautés  pour  vous  distraire ;

De  nos  trésors,  vous  êtes  distributaires ;

Vous  croyez  l’histoire  sans  marche  arrière ;

Moi,  je  pense  le  contraire ;

Tout  est  possible  sur  cette  terre ;

Nos  enfants  révolutionnaires.

Vos  sabres  ont  scié  nos  jugulaires ;

Votre  conduite  est  sévère.

Eloquents  sur  chaire.

 

«  SATAN »

Notre  cœur  est  en  chair.

A  tort,  qui  désespère ;

J’ai  horreur  de  la  guerre ;

On  n’en  a  que  faire.

Etendons  cette  sphère ;

Pour  un  débat,  à  cœurs  ouverts.

TIHYYA,  mythe  littéraire ;

Légende  populaire ;

Prophétesse,  devineresse  ou  sorcière !!

Sors  du  cimetière !!!

Arabisme  génocidaire.

Prosélytisme   sanguinaire.

Idiologie  totalitaire.

Mes  besoins  dérobés ;

A  la  manière  du  stercoraire.

Homme  pervers ;

Armé  du  cimeterre ;

Ta  langue  est  première ;

Le mienne est étranger;

Sur  sa  propre  terre.

TIFINAGH,  notre  sanctuaire;

Mentalité  asilaire ;

Choix  salutaire.

Notre  âme  réapparaît ;

Sa  flamme,  de  la  cendre  renaît.

« Vade  recto  me  Satana».

Eloigne   toi  de  moi  SATAN.

« Ddu   s  iwrinn   zzigui  A  Ccidân ».

 

IFRANE

-         C’est  l’été, 2014.

-         Nous  avons  campé  à  IFRANE ;

-         IFRANE, ô  IFRANE !!!

-         Que  c’est beau,  ces  jours  de RAMADANE ;

-         Il ne fait ni chaud  ni  froid ;

-         Que  de  verdure ;  une  eau  qui désaltère ;

-         Des  arbres  à la  recherche  des  étoiles ;

-         Des  bergers  s’échangent  des  mélodies ;

-         Sur  des  cimes  de  montagnes  qui se regardent .

-         Ces bons  et  pauvres  AMAZIGHS.

-         IFRANE, pays  de  chevaux ;

-         Et  de  gens  agonisés ; et  naïfs ;

-         De  qui  les  autres  s’en moquent ;

-         Car,  ils n’ont  qu’une  seule  voie ;

-         Des  gens  qui  n’aiment  pas  de traitrise ;

-         Leurs  hôtes  ne  mangent  qu’à  plaisir ;

-         Que  de  pain, et de pure  miel !!

-         Que  de  belles et gentilles  femmes !!

-         Que  de  noces !!

-         Gentillesse  et  politesse ;

-         Du lait  et  beurre en  abondance ;

-         IFRANE, ô  IFRANE !!

-         A  TAMAZIRT  N  IMAZIGHEN.

 

 

LIBERTE

 

Liberté, ô  liberté !

Pour toi, amertume   je  prendrai ;

Pour  toi  je  me  bâterai ;

Pour  toi, les  cimes  de  montagnes, je parcourrai.

Liberté,  je  te  défendrai.

Liberté ! Dans  mes  veines  tu  courais.

Pour  toi  liberté, je  mourrai ;

Liberté ! Ou, tu sois, ou je ne suis plus ;

A  moins  que  nous  ayons perdu  raison.

Moi  et  ma descendance ;

Nos  voix  ne  s’éteindront  plus  jamais ;

Tamazigh, de  sa cendre  revivra.

Liberté, source  du  développement ;

Moyen  d’épanouissement ;

Grace  à toi,  notre  pays  ira  de l’avant ;

Grace  à toi,  Tamazight  se  parlera ;

Sans  toi, jamais   de  démocratie ;

Sans  toi,  Tamazight  est  en  danger ;

Ô !! Liberté !!

Sans  toi, Timmuzgha  disparaîtra.

Sans  toi, Amazigh  finira.

Tamazight !  Liberté : piliers  d’identité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s