s
s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Alioune Badara Sene
Nacionalidad:
Senegal
E-mail:
Biografia

Alioune Badara Sene

Né le 26 / 4 / 1950 à Rufisque. De Ndayane, ville de pécheurs sur le littoral atlantique. Niveau Bac Technique 1968/69. Technicien Industriel – Bureau d’Etudes et de Projets – Dessinateur Industriel – Planification et  Méthode – Architecte – Retraité.

Romancier, Conteur, Nouvelliste, Dramaturge et Poète. Deux recueils de poèmes édités : LUMIERE et VENT DU NORD. Plusieurs ouvrages inédits. Animateurs Culturel – Cours de littératures  dans les Lycées et Collèges créateur de clubs littéraires. Fondateur de Festival  International de Poésie de Ndayane. (8ème Edition). 


 

L’ORPHELIN   

(à cet enfant dont le père part à l’aube ne reviendra ne reviendra jamais de la mer)

 

Un enfant est seul ce soir assis sur la grève                    

Le regard fixé au soleil chargé de rêves                 

Doucement descendant silencieux sur les flots

Au loin, le refrain langoureux d’un matelot                         

Fait briller sur la joue de l’enfant deux petites 

Perles tendres, dorées sous le soleil couchant.

De la haut, un ange attendri me dit tout bas :          

« La veille au soir, le père avait prix l’océan ;  

N’étant plus revenu, le fils scrute les vagues.

Mais la rumeur de l’onde lui est fatidique :                    

La mère est en deuil et le foyer refroidi.                   

Car il est depuis l’aube et ne le sait encore                 

Un nouvel orphelin ! »

Dieu Tout Puissant !

Je me surpris du bout des lèvres                      

Promettre revenir et chaque jour au soir,                       

Dire aux alizés, l’ode aux âmes esseulées.

 

 

VERS ARDENTS                                                                         

(aux amants esseulés)

 

Où que tu sois, à contingents 

Te parviendront mes vers ardents !      

Navigue par les airs                                                           

Tangue alors par les mers,                                                          

A Contingents                                                                       

Te parviendront mes vers ardents !      

A rêvasser sur les flancs fleuris des montagnes                                     

Ou défiant les hauteurs avec rage et hargne                    

A Contingents                                                                       

Te parviendront mes vers ardents !      

Par-dessus les monts                                                               

A noyer tes soucis au creux des vallons                              

A Contingents                                                                       

Te parviendront mes vers ardents !      

Et quand tu auras fait tous les cieux sous tous            

Les soleils et sous toutes les lunes, partout,                    

Alors, brise d’été sur ton corps endolori,                      

Caresses bénies sur ton âme endormie,                             

A contingents                                                                     

Te parviendront mes vers ardent,                                      

Pour te percer le cœur et te dire tout bas :                             

Pensant toujours à toi, un poète esseulé, 

De nostalgie s’endort.   

 

SOUS LES VOILES DE MINUIT                                                     

(aux heureux élus magnifiant leur nuit de nonce)

 

Nous voilà solitaires dans l’âme étoilée de la nuit             

Lune esseulée tu frémis sous les voiles de Minuit

Balade souveraine dans ta Voie Lactée                                    

Chevelure tienne de lionne domptée,                                        

Et mes doigts fébriles, virevoltants, vagabondent !

D’une aile souple, légère, un ange en sa ronde              

Sourit ; passant sur nous son dernier vœu du soir.    

Amants bénis, semons nos vastes champs d’espoir !       

En ma rage vaincue, je me rends ô ma reine,                           

Prisonnier bien heureux de ton âme souveraine !  

Vois – tu, l’aube se dessine pas très lointaine                    

Sur le Mont Fâ-Del-Mat, flambant toute la plaine ! 

Ô douce Fée, j’ai signé sur ton front deux bises,           

Dans les grâces de Morphée, rêve à ta guise.

 

NOSTALGIE ! NOSTALGIE !

(À ma seconde moitié, mes peines de l’âme quand je suis loin de toi)

 

S’il m’était pouvoir fermer les yeux franchir                            

Mer et franchir océan…

S’il m’était pouvoir fermer les yeux enjamber                           

Les nues, enjamber les déserts infinis !

Ah ! S’il m’était pouvoir alors                                          

Atteindre l’immensité de l’inconnu…

Avant que ne fane la rose du matin,                                         

Je coucherais à tes pieds mon âme épanouie                    

Sur l’or de tes dunes fatales !

Nostalgie ! Nostalgie !

Je me rappelle encore ô ange,                                                   

Le silence bleu des oasis, les balades                     

Nocturnes à l’heure où la lune pâle fait                 

Choir ses larmes d’argent sur nos cœurs béats…

Nostalgie ! Nostalgie !

Ah ! Douce fée !                                                         

Sous quels cieux es-tu donc à l’heure de mes peines ?

Et lequel de ses doigts nacrés                                               

La lune te frappe-t-elle le cœur ?                                               

De jalousie j’en meurs !

Nostalgie ! Nostalgie !

 

 

JE T’ATTENDRAI !

 

Je t’ai cherchée partout, tout léger chevauchant

La brise océane vers les berges lointaines

L’âme à dos de papillon, mille étoiles blanches

Sur les vertes prairies, partout je t’ai cherchée.

J’ai gravé or ton nom oh combien nostalgique,

Sous l’aile de la colombe qui va, qui va…

Je t’ai cherchée partout, ne t’ai vue nulle part.          

Ni sur onde, ni sur terre, ni dans les cieux.

J’ai interrogé l’Arc – En – Ciel. Il m’a dit                     

Qu’à son autre versant, il n’est point de ton ombre !

Voici, sans l’empreinte de ton image d’ange,   

L’univers tout entier sans âme devenu.

Pour te rester fidèle, l’Ego hibernant,                                     

Le poète s’endort tous ses rêves à toi.

 

 

Né le 26 / 4 / 1950 à Rufisque. De Ndayane, ville de pécheurs sur le littoral atlantique. Niveau Bac Technique 1968/69. Technicien Industriel – Bureau d’Etudes et de Projets – Dessinateur Industriel – Planification et  Méthode – Architecte – Retraité.

 Romancier, Conteur, Nouvelliste, Dramaturge et Poète. Deux recueils de poèmes édités : LUMIERE et VENT DU NORD. Plusieurs ouvrages inédits. Animateurs Culturel – Cours de littératures  dans les Lycées et Collèges créateur de clubs littéraires. Fondateur de Festival                                 International de Poésie de Ndayane. (8ème Edition).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1                                                                  L’ORPHELIN   

              (à cet enfant dont le père part à l’aube ne reviendra ne reviendra jamais de la mer)

 

Un enfant est seul ce soir assis sur la grève                    Le regard fixé au soleil chargé de rêves                 Doucement descendant silencieux sur les flots

Au loin, le refrain langoureux d’un matelot                         Fait briller sur la joue de l’enfant deux petites  Perles tendres, dorées sous le soleil couchant.

De la haut, un ange attendri me dit tout bas :           « La veille au soir, le père avait prix l’océan ;  N’étant plus revenu, le fils scrute les vagues.

Mais la rumeur de l’onde lui est fatidique :                     La mère est en deuil et le foyer refroidi.                   Car il est depuis l’aube et ne le sait encore                  Un nouvel orphelin ! »

Dieu Tout Puissant !

Je me surpris du bout des lèvres                      Promettre revenir et chaque jour au soir,                       Dire aux alizés, l’ode aux âmes esseulées.

Le Poète de Ndayane

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

VERS ARDENTS                                                                          (aux amants esseulés)

 

Où que tu sois, à contingents                                                                                Te parviendront mes vers ardents !      

Navigue par les airs                                                            Tangue alors par les mers,                                                           A Contingents                                                                        Te parviendront mes vers ardents !      

A rêvasser sur les flancs fleuris des montagnes                                     Ou défiant les hauteurs avec rage et hargne                     A Contingents                                                                        Te parviendront mes vers ardents !      

Par-dessus les monts                                                               A noyer tes soucis au creux des vallons                               A Contingents                                                                        Te parviendront mes vers ardents !      

Et quand tu auras fait tous les cieux sous tous             Les soleils et sous toutes les lunes, partout,                     Alors, brise d’été sur ton corps endolori,                       Caresses bénies sur ton âme endormie,                              A contingents                                                                      Te parviendront mes vers ardent,                                      

Pour te percer le cœur et te dire tout bas :                              Pensant toujours à toi, un poète esseulé,                                                              De nostalgie s’endort.   

Le Poète de Ndayane

 

 

 

 

 

3

 

SOUS LES VOILES DE MINUIT                                                                                   (aux heureux élus magnifiant leur nuit de nonce)

 

Nous voilà solitaires dans l’âme étoilée de la nuit              Lune esseulée tu frémis sous les voiles de Minuit

Balade souveraine dans ta Voie Lactée                                     Chevelure tienne de lionne domptée,                                        Et mes doigts fébriles, virevoltants, vagabondent !

D’une aile souple, légère, un ange en sa ronde               Sourit ; passant sur nous son dernier vœu du soir.     Amants bénis, semons nos vastes champs d’espoir !       

En ma rage vaincue, je me rends ô ma reine,                            Prisonnier bien heureux de ton âme souveraine !                                                                

Vois – tu, l’aube se dessine pas très lointaine                      Sur le Mont Fâ-Del-Mat, flambant toute la plaine ! 

Ô douce Fée,  j’ai signé sur ton front deux bises,            Dans les grâces de Morphée, rêve à ta guise.

Le Poète de Ndayane

                                                                                                          

 

 

 

 

 

                       

 

 

                       

4

 

                                                                                                                                                      

(À ma seconde moitié, mes peines de l’âme quand je suis loin de toi)

 

S’il m’était pouvoir fermer les yeux franchir                             Mer et franchir océan…

S’il m’était pouvoir fermer les yeux enjamber                            Les nues, enjamber les déserts infinis !

Ah ! S’il m’était pouvoir alors                                          Atteindre l’immensité de l’inconnu…

Avant que ne fane la rose du matin,                                          Je coucherais à tes pieds mon âme épanouie                     Sur l’or de tes dunes fatales !

Nostalgie ! Nostalgie !

Je me rappelle encore ô ange,                                                    Le silence bleu des oasis, les balades                      Nocturnes à l’heure où la lune pâle fait                 Choir ses larmes d’argent sur nos cœurs béats…

Nostalgie ! Nostalgie !

Ah ! Douce fée !                                                               Sous quels cieux es-tu donc à l’heure de mes peines ? Et lequel de ses doigts nacrés                                                La lune te frappe-t-elle le cœur ?                                               

De jalousie j’en meurs !

Nostalgie ! Nostalgie !

                                                   Le Poète de Ndayane.

 

 

 

 

 

5

JE T’ATTENDRAI !

 

Je t’ai cherchée partout, tout léger chevauchant La brise océane vers les berges lointaines

L’âme à dos de papillon, mille étoiles blanches Sur les vertes prairies, partout je t’ai cherchée.

J’ai gravé or ton nom oh combien nostalgique, Sous l’aile de la colombe qui va, qui va…

Je t’ai cherchée partout, ne t’ai vue nulle part.           Ni sur onde, ni sur terre, ni dans les cieux.

J’ai interrogé l’Arc – En – Ciel. Il m’a dit                      Qu’à son autre versant, il n’est point de ton ombre !

Voici, sans l’empreinte de ton image d’ange,    L’univers tout entier sans âme devenu.

Pour te rester fidèle, l’Ego hibernant,                                      Le poète s’endort tous ses rêves à toi.

Le Poète de Ndayane.

 

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s
s