s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Paola Pigani
Nacionalidad:
Francia
E-mail:
pigani_paola@yahoo.fr
Biografia

Paola Pigani

Paola Pigani est née en 1963 en Charente et a grandi dans une famille nombreuse. Poète et nouvelliste, elle vit à Lyon et publie en 2013 son premier roman N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures, soutenu par une bourse d’écriture de l’Arald. Elle partage actuellement son temps entre son travail d’éducatrice et l’écriture.

Son blog : La renouée aux oiseaux (paolapigani.hautetfort.com)

 

 

Je suis née aujourd’hui

 

J’ai l’âge de la lumière

 

J’ai l’âge de la lumière

Qui descend sur le fleuve

 

J’ai l’âge de la lumière

Qui descend sur le fleuve

 

Qui descend vers la mer

Qui descend vers la mer

 

Qui remonte à tes pieds

 

 

Dans la nuit naissante,

 

Qu’avais-tu à nommer pour mieux partir ?

L’étrangeté de la terre sous la neige,

Ceux que tu as laissés, les jours sans suite ?

La ville parfois devenait désert,

Seuls les paraphes du vent t’étourdissaient

 

Chaque homme, chaque femme, chaque enfant

 Immobiles dans leur feu intérieur

Attendaient l’heure,

Les verres étaient vides,

Le vin chantait dans tes yeux

L’oiseau sur la main tendue de l’arbre

Pesait encore comme une promesse

 

Ton royaume  s’ébauchait entre trois pétales

D‘enfance et le germe d’un orage

Le figuier sur ta nuque versait son ombre,

Un chat, une pie jouaient de toi

Ne tremblait que l’ardente raison d’être

 Dans tes distraites prières  au monde

 

Le mot source ne donnait pas d’eau à tes pieds

Ni le mot amour un baiser sur ta bouche

Tu ne craignais plus le temps

 Ni les adieux sous les masques,

Les voix en allées

Au creux des roses, entre tes paumes,

Il y avait des passages où parler aux disparus.

 

 

Ce qui dure

 

Travaille aux lèvres des apparences

Ce fruit dilaté

Ce qui dure

 

Patience

 

Toi témoin à la bouche d’encre

Dis sous la poussière

Énumère

Le pré  la vigne  le vent

 

Ce qui dure

Tu es venu en visiteur

Libre  jusqu’à la fin des gestes

Un à un

Autour de ton sommeil

 

Espère et énumère

Sans altérer ton souffle

Il n’est pas loin le dénuement

 

Patience

Plus haut à l’ombre des ruines on verra

Un jardin un peu penché

Comme une consolation

 

Plus loin au plus fort du silence

On pourra  habiter une maison

 

Paola Pigani

 

 

 

 

 

 

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s