s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Ibrahima Ciss
Nacionalidad:
Senegal
E-mail:
makalou82@yahoo.fr
Biografia

Ibrahima Cissé 

Ibrahima Cissé dit ‘’MAKALOU’’ est né en 1982 à Faoune (sud du Sénégal). Il grandit auprès d’une grand-mère qui lui contait des histoires tous les soirs. Il commence très tôt à écrire, dès l’âge de 15 ans, et ne suit pas de style particulier. Professeur de lettres à Sédhiou, MAKALOU est aussi artiste-comédien, dramaturge, poète, conteur, chanteur… et Directeur artistique de la Cie MAKALOU, qu’il a créée en 2014.

 

SCÈNES DRAMATIQUES

(La mort d’un poussin inspire ce poème au poète…)

 

 

C’est au milieu de la route, sous le soleil,     

Qu’aux passants, un poussin, couché – et en sommeil –

Et une poule mère incarnent un haut drame.

Il est froid ; sa mère se meut comme une femme…

 

Elle voulut le réveiller, elle ne put

Elle voulut le soulever, elle ne put

Elle le chatouille du bec, il reste calme                    

Elle le pousse avec son bec, il reste calme               

 

Elle l’appelle et crie, il ne lui répond pas

Elle caquette et crie mais il ne piaule pas

Elle glousse, elle crie mais il ne piaille pas…

 

Elle toise les mouches, pinçant leurs koras

En dansant, sautant, chantant et hurlant des termes.

Elle les plaint, les haït et les suit d’un pas ferme…

 

Ibrahima MAKALOU Cissé, Thilogne,  février 2013.

 

 

SE LIBERER

 

On n’est plus à Gorée

On est loin des portes diaboliques

Au pied desquelles nos ancêtres

Marchèrent sur les eaux sombres

Vers un avenir mille fois lugubre

 

On n’est plus à Gorée

Mes frères longtemps leurrés

Pourquoi être encore des poussins…

Quand planerons-nous comme des milans noirs ?

 

Les chaînes ne sont plus à nos pieds 

Les chaînes ne sont plus à nos mains 

Les chaînes ne sont plus à nos coups 

Les chaînes sont dans nos têtes

Les chaînes sont dans nos cœurs

 

Nous avons notre corps mais pas tout notre esprit

Fort costaud physiquement

Fragile, psychologiquement désarmé

 

Le plus beau combat qui nous reste à remporter

C’est de reprendre d’arracher notre esprit aux chaînes qui l’amarrent

C’est de retirer

Retirer

Retirer

            Retirer quatre cents fois

Retirer avec énergie

Toutes les chaînes qui sont dans nos têtes

Et les briser résolument !

Ibrahima MAKALOU Cissé, Faoune, janvier 2014.

 

 

NOIR-GENEREUX-FORTIFIE

 

 

Vos coups

sur mon corps

ont fini par donner

à mon cœur

l’envie de vaincre

comme un cheval de course

 

Vos crachats

sur ma face

ont fini par faire germer

les espoirs

enfouis

dans mon corps

 

Frappez-moi

Crachez sur moi

Encore

Encore

Encore

Soldats de la haine du racisme de la discrimination du mensonge…

 

Ne vous arrêtez pas

Vos coups et vos crachats

me sont indispensables

encore

Pour parvenir

et pour fleurir

Ibrahima MAKALOU Cissé, Sédhiou, juin 2014.

 

LES MOTS

 

Les sentiers de mots

qu’on dessine

sur les pages

sont parfois

plus sages

que les voies

tracées sur le paysage.

Ibrahima MAKALOU Cissé, Faoune, juillet 2014.

 

 

 


 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s