s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Ababacar GAYE
Nacionalidad:
Senegal
E-mail:
Biografia

Ababacar GAYE

je me nomme Ababacar GAYE. Je suis né le 28/02/ 1989 à MALLA, le long du lac de guiers. J'ai fait mon cursus primaire dans le même village. Après le CFEE, j'ai passé quatre ans au CEMT de Louga. En 2005, je rejoins le Lycée Charles de Gulle de Saint louis où j'ai eu mon Bac en 2008. De là jusqu'en 2013 j'étais au departement Anglais à l'ugb où j'ai eu la Licence en 20 12 et le Master 1 en 20 13. Je suis maintenant prof d'Anglais à MATAM après un an de formation à la fastef. J'ai remporté deux foisun concours de poèmes et ai plus de deux recueils à publier

 

O ville, ma belle cité

Comment parviendrai-je à vous faire comprendre

Hommes qui m’écoutez avec tant d’intérêts

Il faut vraiment être à ma place pour savourer ce bonheur,

Cette chance, je dirai plus cette bénédiction de vivre à Saint-Louis

 

Symbole de paix et de splendeur ! Je m’enorgueillis sans cesse de te contempler

Avec les rivières ici, l’océan à l’autre bout qui font de toi une

Ile indescriptible avec ce paysage ô combien séduisant

Nombreux sont ceux qui souhaiteraient fouler ta terre tant bénie par les anges

Terre sainte, terre riche en histoires oui terre convoitée comme la terre promise


L'eau y coule avec douceur, son glouglou souhaite la paix à la population
O Ciel! Je t'implore, répands ta grâce sur la ville de Mame Coumba Bang
Une cité où les aurores procurent de la joie de vivre, de l'espoir, comme la flamme
Illumine le visage de cet être égaré au milieu d'une nuit obscure.
Seigneur, bénis cette cité qui a une particularité à elle seule: la TERANGA

                                                                                                                                             Saint-Louis, 2008

                                                                                                              Laureat du 1er prix des jeunes du FIPIA 2008

               

                                                                              Créons dans la diversité

Contemplez l’arc-en-ciel avec ses couleurs plurielles

Sa composition-aquarelle et son architecture si belle

Poussent papillons et pigeons à déployer leurs ailes

Et à se rassembler en couple mixte pêle-mêle.

La magnificence de leur union me rappelle Picasso

Dont le magique pinceau m’offrait de beaux cadeaux

Tableaux aux dos diaprés m’embellissant l’esprit

Et faisant que pour un métissage à jamais je prie.

Créons dans la diversité e imitons le Ciel

Qui nous procure des saveurs de sel et de miel

Créons dans la diversité et bonifions notre cité

Imitons la nature dense dans sa pluralité :

Les races, les langues, les clans et les couleurs

Les odeurs, les sensations, les senteurs et les saveurs.

                                                                                                              Novembre 2014

                               1er Prix adulte du concours de poèmes 2013 du Cercle des Poètes de Saint-Louis

 

                                               Soutien au Peuple Syrien

Je n’ai que ma plume pour vous soutenir

Du fond de mon âme je continue de souffrir

Vos souffrances me parviennent certes sans délai

Je vois ces nourrissons qui soif de lait

Baignent dans un océan de sang agité

Hélas ! Une baignade qu’ils n’ont pas méritée.

Je vous sais cible et victimes de Bachar

Qui nuit et jour sort ces monstrueux chars

Pour opprimer, châtier, réprimer

Et garder son pouvoir longtemps périmé…

Je vous sais sidérés, impatients de changer

Arrivera bientôt ce à quoi vous songez

Des dictateurs on en a connus et on en connaitra

Partout où nait un saint, un con naîtra.

Ces milliers de vies perdues ne restent pas sans réponse

Indubitablement le peuple prendra sa revanche.

O Syrien ! Peuple Syrien ! Frères Syriens

Je sais tout et je sais que si rien

N’est fait contre ce régime sanguinaire

Qui sous la torture de sa lourde artillerie

Enferme de dignes patriotes dans un enfer

Alors sera rayé de la carte le nom de la Syrie.

Honte à ce dirigeant qui par des tirs

Fait de son bon peuple des martyrs !

Honte à ce chef qui ne pense qu’à son égo

Et qui ne considère pas ses concitoyens comme des égaux

Honte à ce maître qui devant son disciple

Déploie tout son arsenal de missiles

Mais dans l’obscurité de la domination jaillit la lumière

De la liberté et de la victoire éclatante

Comme une paradisiaque chaumière

Qui brille sous une lune aveuglante

                                                                                                                                             Malla, le 05/11/2012

                                               Persévère

Persévère quand le ciel sur toi s’écroule

Et sois tendre comme un pigeon qui roucoule

Persévère ! Ne vois-tu pas ce poète qui perd ses vers

Sourire généreusement à la Nature ?

Affectueusement son esprit fait une percée vers

L’étroite armée des cerveaux matures

Me dope la résistance des feuilles d’ifs

Face à la chaleur et au froid vifs

Solidement elles gardent leur magnifique verdure

Qui jamais ne disparait mais perdure.

M’encourage davantage le cyclique orage

Qui ranime le paysage depuis des âges

Une routine qu’il  exécute sans relâche

Et de la grâce sur les champs il crache.

 Persévère et ne te contente pas de ce visage sévère

 Sois comme le jour qui ambitieusement poursuit

Sans l’atteindre la nuit qui fuit

Sois le soleil qui galope toujours derrière

La lune sa jumelle aussi lointaine

Il la suit avec une âme d’amour pleine

Croyant sans doute fraternellement l’étreindre

Alors persévère et rien tu ne dois craindre.

Dans la persévérance se trouve le salut

Donc persévère tant qu’il l’aura fallu

Ne te laisse pas désarmer par l’échec

Il y a toujours de l’eau  sous le sol sec

Sur tous les revers fais passer l’éponge

Pour que la liste des exploits à jamais s’allonge.

                                                                                                                             Malla, le 22/12/20

Le paradis dont j’ai rêvé

J’ai du mal à le localiser

Ce paradis dont les chemins sont balisés

Je sais que ce n’est pas très loin d’ici

Sacré lieu où la vie est adoucie.

Je suis perdu, aidez moi à le situer

Je dispose heureusement d’importants indices

Ah oui j’en ai pour cela plus que dix

Qui vous permettront sûrement de me guider.

Le paradis dont j’ai rêvé s’étend

Du moyen Orient à l’Occident

L’Afrique et toutes ses sœurs y figurent

Je les ai vues danser dans une ambiance pure.

Dans cet éden, il n’y a pas de clivages

Entre les différentes religions et classes

Tout le monde s’embrasse sans sa soucier des races

Qui ne s’y érigent plus en barrages.

Dans ce paradis, il n’y a pas d’obole

Pour se préserver de la menace qui affole

Je me rappelle aussi qu’il n’y a pas de titres

Qui favorisent les uns au détriment des autres.

Disparaissent le chah l’émir, le sultan

Honorable, majesté, et président.

Crois-moi, tout le monde y renait ensemble

Et agit en commun comme une chorale

Tu ne reconnaitras pas ma voix de la tienne

Ni l’identité d’Ibrahim de celle d’Etienne

Dans ce paradis, la Palestine et l’Israël

S’échangent de tapettes fraternelles

Jetant hors de leur vue ces multiples rafales

Qui ne faisaient qu’accroître leur mal.

Partout où sonnaient les bruits des missiles

J’entends réciter en chœur les missels

Dans ce paradis dont j’ai bel et bien rêvé

La paix et le bonheur inondent la Casa

Et toutes les terres en guerre comme le Gaza.

Le temps perdu dans la peine y est rattrapé

Les militaires et rebelles se voient en frères

Et atomisent ensemble cet enfer de misère

                                                                                                                             Malla, le 07/12/2012

 

 

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s