s
s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Khalid EL Morabethi
Nacionalidad:
Marruecos
E-mail:
Zed-imagination@hotmail.fr
Biografia

Khalid EL Morabethi

Khalid El Morabethi est né le 10 juillet 1994 à Oujda au Maroc. Il a commencé à écrire dès l’âge de 12 ans. Après avoir obtenu son baccalauréat, il décide de faire des études en littérature française à la Faculté de Lettres Mohamed1 de Oujda.

Il aime écrire. Il lui arrive d’utiliser les mêmes phrases, les mêmes mots mais jamais les mêmes sentiments. C’est à chaque fois un message au monde, lancé avec un stylo d’or, une force, une voix, cette muse du ciel…

Il a eu quelques prix de poésie à Oujda et ailleurs et ses textes ont été édités en France et à l’étranger, dans plus de quatre-vingts revues et sur de nombreuses sites littéraires. Pour plus d’info sur l’auteur, veuillez visiter son blog:

http://lamuseduciel.blogspot.com

 

Absence .

 

Silence !
J’écris l’absence,
De ce point qui ne mettra jamais une fin,
Et le retour de quelqu’un, qui est loin,
Et la paix,
Et la lumière !
Sur la terre, sur mon ombre, sur l’océan noir,
Sur la terre, sur mes mains, sur l’arbre noir,
Sur la terre, sur mes doigts, sur la chaise noire,
L’absence,
De ce monsieur qui écrit le sens et part,
De ce monsieur qui rentre tard le soir,
Et dort tout simplement,
J’écris l’absence de ces rêves, malheureusement.
Silence !
Absence, absence,
De ce monsieur qui a des ailes, qui vole,
Et son sourire,
Et son regard qui peut tout dire,
Et son présent, et son futur,
J’écris le vide, j’écris sur ce mur dur,
J’écris le vide, j’écris sur …
Silence,
Un absent meurt,
D’autres résistent,
Certains existent,
Quelques-uns écrivent leur propre liste,
Et partent.
Silence ! J’écris L’absence,
D’un voisin fleuriste,
D’un autre plus près, un pianiste,
Et la vieille dame d’en face, qui chantait l’opéra … c’était triste,
C’était beau, c’était …
Admirable à écouter,
Admirable à voir, on ne pouvait rien ajouter.
Et puis J’écris, 
Absence, absence,
D’une voix,
D’un salut,
D’un livre qui aurait dû être lu.

 

 

Monsieur Noir

 

Monsieur noir,

Ouvre la porte, monte l’escalier, passe dans un couloir,

C’est un homme,

C’est un loup,

Les contours de son visage se découpent de l’ombre,

Et enfin il entre dans la chambre,

D’un absent,

Innocent !

Un sens assis et qui colore son sang,

Un sens conscient de sa maladie,

Conscient de ce qu’il écrit,

Un message pour lui-même,

Un message pour ses poèmes,

Un message pour sa mort et l’homme qui enterre,

Un autre petit message pour les vers de terre,

Et au questionneur sans prénom ni odeur.

Au questionneur habillé en blanc et qui porte une fleur,

Sans couleur,

Sans parfum,

Sans le mot de la fin,

Sans sens.

Sans un rythme,

Sans …

Juste absence, absence.

Le visiteur noir,

Grogne,

Respire,

Il lance un petit sourire,

Et quand l’horloge indique neuf  heures et demie,

Quand l’horloge indique que le cœur de la lune a arrêté de battre,

Que c’est bientôt fini,

Quand l’horloge indique que le soldat sans numéro a arrêté de se battre,

Que c’est fini,

Noir crie

Magnifiquement crie

Et fait partie entièrement de lui,

De moi,

C’est un homme,

C’est un loup,

Une raison, une passion, une foi,

Je l’entends parler,

Je m’entends parler et répondre,

A mes questions.

Monsieur noir,

Me dit que mon refuge est mon cri.

 

  

La chaise d’en face

 

La chaise d’en face,

Isolée,observatrice,

D’un vide qui danse au rythme de son fils,

Une chorégraphie qui fait couler les larmes du plafond,

De grosses gouttes visqueuses s’écrasent au sol et se noient tout au fond,

Tout au fond d’une mémoire douteuse face à son reflet putréfié,

Tout au fond d’un regard oublié

La porte s’ouvre pour laisser entrer le vent,

Faisant virevolter les longs cheveux d’un vieillard assis au milieu et qui attend,

Faisant s’ouvrir l’unique fenêtre violemment,

Et redonnant vie aux notes blanches et noires du piano,

Tandis que les lettres se lisent, se déchirent et se brûlent,

Et qu’au coin, près de la chaise, la trompette hurle.

A la moitié de la lune,

A la mort,

Au sort qui semble pleurer la flore.

La chaise d’en face,

Seule,spectatrice,

Des robes qui jaillissent du néant et déferlent à l’intérieur d’un cœur,

Qui bat lentement au rythme d’une éternelle prière qui ne s’entend pas,

Qui bat lourdement au rythme des anciens pas,

Des yeux qui se divaguent, cherchent et se perdent ailleurs,

Et des mains ouvertes, paumes face au ciel qui tiennent des fleurs,

Toutes ténébreuses,

Toutes pâles, silencieuses,

Attendant les petites gouttes de pluie,

Attendant une lettre, un message, un cri.

La chaise d’en face,

Observatrice,

D’un chef d’orchestre qui dirige avec une main l’Apocalypse,

Et au milieu de la terre, la mère attend son fils,

Le soldat,

Mort ou blessé mais victorieux au milieu d’un combat.

 

 

 

 

Une mélodie silencieuse

 

Une mélodie silencieuse 

Une voie faible devient plus en plus courageuse

Des images déchirées, brûlées, racontent un conte

Les mots dramatiques chantent

Une musique enivrante

rêves-tu encore ? rêves-tu de ton trésor ?

Le trouver, c’est ton devoir, ton sort...

 

Une mélodie Silencieuse

Une force, une flamme, un éclat

Pourras-tu entendre ton coeur qui bat ?

vois-tu cette main douce et sereine ?

Une main froide qui veut tenir la tienne...

entends-tu le bruit de la pluie ?

Sens-tu le froid de la neige ?

Cette fantasmagorie, la vivrais-je ?

Oui mais, qui suis-je ?

Je suis le temps qui a décidé de revenir

Je suis la chanson qui te laisse courir

Je suis un citoyen, un passant, un mendiant

Je suis quelqu’un qui n’existe pas

Peut-être un événement qui ne s'est pas encore passé

Je suis une porte qui n’a jamais été fermée...

Je suis un micro noir

Je suis une voix qui a cessé d’entendre et de s’asseoir

m’entendez-vous ? Je suis la voix de la gloire.

 

Une mélodie Silencieuse

Le visage de la lune est en face de moi

Être un coureur heureux, c’est un choix,

Le choix de changer l’ordre établi

J’ai fait une promesse,

je commencerai à partir de cette nuit bénie

Tranquillement, je dors en sachant

que demain le soleil brillera

et que le parfum de la joie m’embaumera...

La lueur de l’espoir supprimera le désarroi.

 

Une mélodie Silencieuse

Une voix faible devient de plus en plus courageuse

Je sais que je suis pauvre, une personne faible

Je sais qu’il y a des riches, des puissants,

des opportunistes et des manipulateurs

qui essaient de nous tuer avec leurs regards pervers

mais... ne soyez pas si fiers

Un jour tout le monde retournera à la poussière.

 

Entendez-vous Cette mélodie Silencieuse?

qu’avez vous choisi ? La mort ou la vie ?

Demain, il sera trop tard

Pour choisir entre la lumière et le noir.

 

 

Le Gavroche de chez nous

 

A quoi je pense ?

Je pense à cet enfant qui frappe aux portes

Qui veut un cœur

Une maison, un frère et une sœur

Une vie et une valeur

Qui souhaite avoir une mère

Pour avoir un grand frère

Qui veut dormir dans un lit douillet .

Je pense à ces gens qui ne veulent pas ouvrir les portes

Je ne veux pas que cet enfant dise ‘’c’est une vie morte

A quoi je pense ?

Je pense préparer la potion magique

Pour rendre le monde agréable et magnifique

Je cherche la formule

Qui rend l’être brillant comme la lune

Je pense à un tableau , chef des arts beaux !

Je vois des gens humblement heureux

N’aimerez-vous pas être un des leurs ?

Je pense à tous ces regards humains

Je pense a une belles histoire et je prie pour qu’elle revint

Maintenant a mon tour d’écrire une belle histoire

Le messager doit donner le pouvoir

Le messager doit mourir pour le devoir

Le messager doit créer poétiquement le mot

Qui puisse guérir tous les maux

A quoi je pense ?

A comment revenir en arrière pour changer

A comment revenir en arrière puis avancer

A quoi je pense ?

A cette balançoire vide qui se balance

Je pense à mon destin

Et à ton futur, toi l’orphelin

J’observe tous ces visages uniques

Et je lève les yeux au ciel magnifique

Levez vos yeux au ciel !

Vous verrez que la vie est belle

 

Levez vos yeux et vos mains et dites ‘’ AMENE ‘’

 

 

Khalid EL Morabethi

 Maroc / Oujda

 

Tous droit réservés

 

 

 

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s
s