s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Aziza Rahmouni
Nacionalidad:
Marruecos
E-mail:
souz.soleil@hotmail.fr
Biografia

Aziza Rahmouni 

[fragment de vie]

Poétesse et traductrice marocaine. Native d’Essaouira où elle a fait ses études primaire et collège

Après l’université d’Agadir [littérature arabe] elle passe à l’école d’administration à Casa Blanca pour obtenir le diplôme de Rédactrice. 

Elle débute l’écriture à ses 13ans, les mots étaient ses amis et ses confidents, son chemin vers l’évasion et l’invasion des contés magiques qu’elle découvre et couvre de son horizon.

Aziza Rahmouni suit le mouvement de la modernité et sur le Net elle crée son propre forum de culture générale, où se côtoient des plumes des Cinque continents.

http://joiedevie.forumpro.fr/

Et pour mieux s’ouvrir sur d’autre culture elle s’adonne à la traduction de l’arabe vers le français et vice versa.

elle dit : :Le poète cherche les nuances, 
provoque les songes, 
défie les erreurs, cherche l'abstrait, 
l'idéal, 
l'absolu.... 
au creux du néant
croit en l'imaginaire 
supporte le réel,
sans en faire un obstacle...

Dans la poésie Aziza perçoit 

Des flocons de feu et de cendre froide
Descendent en tournoyant
Les mots agitent les ailes roides
Dansent dans le vent

Pour Aziza la poésie est incrustée dans les veines, elle immortalise ce qu'on pense et ce qu'on ressent même quand on n'écrit qu’à demi mot on s'exprime par mille façon dénonce, chante, trace, la vie et ses aléas, l’amour qui fait vibrer et toutes les choses ordinaires qui deviennent exceptionnelles en vers. C’est pour ça qu’on s'immerge, dans l’écriture et on y descend jusqu’au cœur du cœur.

*Aziza Rahmouni a traduit parmi d’autres Mounir Mezyed le poète palestinien, Mohamed Mounir, Rayhana Bachir ; Mohamed Moumer, Salah Alwadi mohamed Zerhouni Hafida Sidi ammi Brahim Kahwaiji, abdeslam mesbah,… du Maroc, Mario Rigli d’Italie, Salma Belhaj Mabrouk , Sami Nasr, Salem Meshili shimi samir de Tunisie, Ibrahim. Al-Juraifani poète saoudien, Badal Ravo poète kurde et d’autres plumes fécondes et enrichissantes
Aziza Rahmouni est très active sur le web, elle le considère comme fenêtre sur la mondialisation et grâce à cet outil sa poésie est traduite en langue italienne, espagnole anglaise et Kurde
Aziza Rahmouni considère que :
Les mots déshabillent peu à peu nos pensées, la plume se délecte, fait voguer l’imagination, suscitant un désir pur profond. L’écriture pour elle est un acte orgastique…elle dit :
« Les mots font naître des voiles de douceur, suscitent un désir charnel, voir même passionnelle... »

souz.soleil@hotmail.fr

 

J’ai vu…

J’ai vu l’ombre
De ma plume courir derrière les mots
Alors que mon encre
Pleurait mon chagrin et mes maux
J’ai vu
L’encre
Se plier sous mes doigts
Tellement
Le poids
Des larmes est sous l’émoi
J’ai vu le lac de mes souvenirs
Se sécher
Sous les cendres
De l’oubli
J’ai vu
Éparpillés par les soupirs
Mes rêves affaiblis
Mes sourires révolus
J’ai vu le temps
Se figer en larme parfaite
Sous mes cils
En attente d’un jour meilleur

Mes doigts ont si faim, si froid de toi



Solitaire sur mon banc de bois
Ä regarder le piano devant moi
Je voudrais pianoter les airs
Qui errent en moi
Mes doigts ont si faim, si froid de toi
Ils voudraient te parler en milles caresses
Chuchoter des tendresses sur ta peau avec délicatesse
Je regarde les roses orphelines
Sans leur parfum de divine
Les chandeliers tristes qui résistent à la peine
De ne s'allumer en soirées très fines
Je rêvasse, sur mon banc noir
Je prie pour te revoir juste un soir
Briller en étoile dans mes bras
Nostalgique, je fredonne, un air
Qui se déchire pour plaire
À ma nuit métallique, où j'erre
Dans le creux de ce goût affamé
Que tu impose à mes lèvres armées
De silence, de prières qui me font calmer

Des maux et des mots



Les mots contemplent
Les pupilles dilatées de la plume
Ils se demandent
Sur ce qu'elle ressent...
Intensément
Ils voudraient prendre la parole
Pour dire son désir
Pénétrer profondément
Le cœur du cœur
Le rythmer
Cadencer les battements
Jusqu’à l’enivrement…
Les mots avancent
La décadence
Les attend au détour
Un cri, un souffle, un soupire
Effleure le silence
Spasme fébrile
Les mots accouchent l'extase
L’instant orgastique
Dans le rêve nuageux jouit la lactescence
La plume voudrait caresser les mots
Les enlacer, les étreindre
Les embrasser jusqu'à les voir frémir
La plume à l'horizon de l’encre
S’embrase de ses rêves
Brûle de passion … Elle reste sans mot,
Les saisons, froides de ses silences
Givrent les monts du délire
Les mots-chevaliers
Viennent offrir une brève danse,
Chevauchée entrelacée d'absence…

*=*=*=*=*=*=*=*=*


 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s