s
s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Mohammed EL QOCH
Nacionalidad:
Marruecos
E-mail:
Biografia
Le baiser de la fe...!

Le ciel de grles tatou, sanctionne
Le silence de marbre, inconnu,
Au hasard, muet, s'abrite
La lumire s'effrite
Sous les lampadaires teintes
De ce dernier jeudi amer
D'une anne filante qui s'teint

Quelques passants attards
Dans ces rues nocturnes
Les derniers pains servis
Tranent les pieds si lourds
Las de cette marche infinie
Qui ne cesse ... jusqu'au dernier abri
L'illusion rgne de bout en bout
Sans songes et sans repos

Entre mes quatre murs dlavs,
Sans aucunes parures
Je m'engouffre
Une chaise orpheline trois pieds,
Au sourire moqueur
Des ustensiles et une casserole
Epars sur le sol ciment
Un lit de bois, sexagnaire,
Fidle tmoin d'ancienne poque

Une musique sacre
Aux allures sereines, soudain, se meut,
M'enveloppe le corps et l'me
Mes mains s'lvent vers les cieux
Comme pour les cueillir
Je sentis un doux zphyr
Effleurer mon me triste
Comme une douce caresse
Sur ma nuque nue
Une envole de papillons blancs
Emerge de mon miroir
Pavane et jubile d'euphorie
Peint une toile sur mon mur dgarni
Des odeurs enivrantes manent
Transpercent mon silence timide
La nuit, pare d'tincelles,
Se teint d'toiles filantes
Je jette tous mes regrets et mes maux
Par cette lucarne entrouverte
Mes mots dansent sur mes pages
Enfin la dlivrance,
Le bal masqu des anges
Et ma belle fe
Venue ma rescousse...

Mohammed EL QOCH 2010

Le dernier voyage des mots...!

Je te laisse l'eau et le feu
Braises ardentes d'un coeur,
Entre vagues et cumes blanchtres
Mes pas scells, figs
Des voix l'horizon
Vestiges de mots inaudibles
Sans chos, sans fume
Incarcrs dans le silence
Entre solitude et dmence
Et la cendre consume

La silhouette des potes
Dambule dans la ville voile
Dans l'asphalte noir maudit,
Dans l'ombre des pas indcis,
Se faufilent les vers dmunis,
Indsirables, chasss

Faut-il escalader les cimes
O la vrit se camoufle,
Sous sept pierres?
Voguent les mots, si loin,
Plus d'abri, plus de sanctuaire
Sur cette terre
Peut-tre que les cieux
Seraient clments...

Mohammed El Qoch 2010

Eclats de songes...!

Hautes sphres
Cieux obscurs
Baignent des corps
Dnuds, sans parures
Escaladent les marches
De l'infini

Ils errent sans frusques, sans haillons,
Titubant, les pas souills
De boue ocre visqueuse
Sans le moindre sourire
Et tombent, se relvent
Et repartent encore,
Sans baisser les bras

Nostalgie amre
Vestiges de soupirs muets, taciturnes
Les pas dchausss de rves
Sans mlodies, baignant dans le silence ternel
Sans balbutiements de lvres sutures
Se laissent bercer de froid et d'effroi
Des chauves souris aux ailes ciseles
Rdent, piquent, ventrent et se dlectent
De sang frais, pourpre de ces corps chtifs
Implorant le ciel noir sans toiles
Arms de prires et de pierres,
A mains nues, sculptent le mur,
De soleil naissant, de jasmins odorants,
Sans se lamenter

Ils attendront l'aube,
Les rossignols, l'essaim des abeilles,
Le fou rire des mmes
La colombe et la branche de l'olivier bnis...

Mohammed El Qoch 2010

biografia:
Mohammed EL QOCH

N Knitra au Maroc, professeur de franais, amoureux de la posie depuis la jeunesse jusqu'au terme!

agilecommelevent@hotmail.com

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s