s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Petraq Risto
Nacionalidad:
Albania
E-mail:
Biografia

La Porte de l’Enfer
Ma patrie est mensonge jusqu’à la dernière goutte de sang
C’est cette foule d’ouvriers qui portent sur leurs épaules
la grande Porte de l’Enfer
aux gonds rouillés
ce sont ces milliers de gens avec des armes cachées
l’abeille qui butine le pollen des douilles va nous donner du miel
au goût de plaie
Ma patrie au goût de boue.
Ma patrie ressemble au cercueil couché dans la salle européenne de l’église
le prêtre n’ose pas faire le signe de croix parce qu’autour les musulmans sont nombreux.
Ma patrie c’est ma mère sans oxygène, avec la bouteille d’oxygène dans l’attente du retour du courant…
- Attention que la Porte de l’Enfer ne tombe pas: On va changer les gonds rouillés
- Moi je dis qu’on la jette…
- La Porte de l’Enfer?!
- Qu’on la jette, je dis, qu’on la jette. L’Enfer est l’Enfer même sans porte.
Ceux qui ont fui où peuvent-ils aller?
- Un chope de bière et «hop», la grande Porte sur les épaules
L’Enfer aux gonds rouillés couleur de sang séché
La Porte : croûte de plaie fraîche.
Un ouvrier regarde par l’œil magique: ici on voit le Paradis dans le rouge des géraniums
et le fou de l’Enfer rit. Les fous de la Patrie ont augmenté.
La Patrie a froid, ses membres sont déformés par les rhumatismes
Il n’y a pas de chauffage, même l’Enfer a froid, l’Enfer sans Porte.
Les maisons de retraite sont l’avenir de la Patrie, elles toussent et crachent du sang
du sang de la couleur rouille des gonds de la Porte
L’abeille qui butine le pollen des douilles va nous donner du miel au goût de plaie…
Ma Patrie a la forme du fourreau de l’épée abandonnée.

22 octobre 2007

Papyrus: automne, 2005

La France: en feu
La France: en état de siège
le thermomètre Eiffel
sous l’aisselle de Paris
mesure la température avec le mercure: Liberté.
La Seine affolée: le tuyau dans les mains du pompier
vibre et se tord de peur
Le fantôme de Sartre sous forme de fumée
apparaît aux Emigrés en train de tousser.
Les voitures en flammes sont des cœurs sous des côtes brisées
sur le verre des scaphandres se reflètent les rues calcinées:
voitures prêtes à se renverser et à s’éteindre dans la Seine.
Thermomètre Eiffel
muet sous l’aisselle de la nuit
avec la peau illuminé: lambeau enflammé.
Allô, la France
ici-Berlin
Passez-nous Eiffel un instant,
pour vous donner le Rhin!
Les satellites: flacons suspendus dans les salles de réanimation du ciel,
A la Terre nous donnons du sérum…Goutte-à-goutte courrez les nouvelles!
Allô, la France
ici-Barcelone
Thermomètre Eiffel,
nous vous donnons quelques taureaux
avec des plaies lunaires sans arènes…
avec des plaies lunaires sans arènes…
Allô, la France
ici-Bruxelles
Est-ce que d’ici on voit les flammes ou bien est-ce le jabot enflammée de votre Coq?
250 cygnes meurent en Russie du virus de la grippe aviaire
ils ont oublié de chanter le «chant du cygne»
ce testament ils l’ont laissé aux hommes.
Allô, la France
ici - Moscou
Prêtez-nous la Tour Eiffel quelques heures
que nous vous offrions un chant du cygne…
Les satellites: flacons suspendus dans les salles célestes de réanimation,
A la Terre nous donnons du sérum...goutte-à-goutte courrez les nouvelles!

Le couloir des glaces: Ton corps

Le ciel du matin est apparu : une esquisse d’oiseaux de Da Vinci
Sans importance – comme l’éclipse de la Lune sur le Soleil
Comme la traînée de l’avion à réaction sur la face vierge du ciel
C’était toi…et pourtant tu étais éclipse et trace de l’avion
Le temps m’a donné un corps couvert de blessures
Après l’avoir soigné je lui ai mis son costume.
Dans l’Enfer je descends à gauche…et toi, tu dors sur le côté gauche:
Lors de la respiration douce
Le pollen de la rêverie s’envole
Le trèfle à trois feuilles: Trinité
Ah, toi, tu étais le trèfle à quatre feuilles:
La terre, l’air, le feu et l’eau, fondus les uns dans les autres.
Le Temps m’a donné ton corps en échange de mon âme.
Les femmes bien en chair ressemblent à la guitare
Les jeunes filles en fleur, sont des violons
Quand tu es leur musicien, tu montes sans échelle au Paradis
Les habitants du Paradis l’appellent l’asile.
Le ciel du matin est apparu : une esquisse d’oiseaux de Da Vinci
Comme Narcisse qui s’est contemplé sur une source où les nuages s’allongeaient pour mourir
Tu venais au milieu des arbres les arbres tout de lymphe et de chlorophylle
Moi – un tronc fasciné devant toi et soudain j’ai été recouvert de feuilles et de rossignols.
Pas d’importance : chute de neige sur le sol endormie
Création du ver dans la chair de la pomme.
Et pourtant, toi, tu étais chute de neige et infidélité du ver.
Le trèfle à trois feuilles: Trinité
Ah, toi, tu étais le trèfle à quatre feuilles
La terre, l’air, le feu et l’eau
Fondus les uns dans les autres.

Octobre, 2005.

* * *
Une mûre à maturité:
Othello face à Desdémone
scène de la main ensanglantée.


J’achèterai un sommet

J’achèterai une cime, sans faute je l’achèterai
Là-haut je vivrai, là-haut je dormirai,
J’achèterai un sommet, sûrement je l’achèterai,
Pour séduire les nuages: les cheveux de princesse je peignerai
Avec la neige mes secrets je cacherai
J’achèterai une cime, comme la mort je l’achèterai,
L’écho ne vaut pas plus que la voix
Même si là-haut elle devient autre.
Je vendrai mes livres et j’achèterai un sommet
s’il n’y a pas assez, mon cheval aussi je vendrai,
s’il le faut, je vendrai la maison, le jardin avec ses grenades
les grenades qui sans pudeur déboutonnent leurs gilets
etalant leur multitude de perles.
je vendrai n’importe quoi si l’argent ne suffit pas
un sommet de montagne j’achèterai.
J’achèterai un sommet.
quand tu regarderas le soleil, là-bas je serai.
à la pleine lune,
au sommet là-haut
une signature je laisserai:
autographe pour ma dernière œuvre.
J’achèterai un sommet, comme la vie, je l’achèterai.
Une cime j’achèterai, et j’en ferai un Olympe
les Dieux viendront tête baissée, vaincus,
un peu rancune dans le cœur
lèveront leur verre pour le beau sommet.
Avec le crayon de la montagne
Les Dieux signeront le contrat:
Le ciel sur ma tête, ne sera plus à eux
au dessus de ma tête, il y aura bien plus de lumière.
Un sommet, comme la lumière je l’achèterai
L’écho ne vaut pas plus que la voix
Même si là-haut elle devient autre.
J’achèterai un sommet avec Prométhée, je l’achèterai,
l’aigle aussi je l’achèterai,
à Sisyphe son rocher-symbole je laisserai.
Une cime comme mon âme, j’achèterai,
A ma mort, enterrez-moi là-bas,
mes restes fondront sous la neige et les éclairs
mes descendants diront: il n’était pas Prométhée,
ni Sisyphe, non plus.
Une cime de montagne, sûrement je l’achèterai
et mille ans après, encore là-bas vous me trouverez
[Les vents méfiants en chœur chanteront: êêêêêê!]

13-14 Septembre, 2005.

Mirage: Femme

Champ de blé veut dire femme dans les airs au moment où le Soleil festoie comme un homme
Le désert ressemble à un champ de blé et toi, voilà tu apparais.
tache de coquelicots qui exhibe son extase en cachette.
Femme. Femme. Femme. – insaisissable: ombre à la fontaine.
Oiseaux, que d’oiseaux volent dans les cieux, sont-ils les gestes féminins de Dieu?
Je suis comme la pierre sous la gouge du sculpteur:
j’attends de dévoiler la magie de la résurrection.
De l’orbite de l’œil quelle monnaie d’or tinte sur le sein!
Tu t’habilles, tu te déshabilles enflammée, oh, les violets, le corps:
mille questions, les réponses sont embarrassées.
On dit que les anges n’utilisent pas de boussole,
mais aussi qu’ils ont dans leurs ailes des moteurs d’amours
On dit que les anges n’ont pas de sexe, mais ils ne sont pas non plus homos, naturellement
Ont dit que les anges ont des vertus étonnantes:
ainsi, entrer dans la poitrine de chacun et
mettre une sonnette dans le cœur [le moment où chacun de
nous apprend qu’il est trompé]
Champ de blé veut dire femme dans les airs au moment où le Soleil s’extasie comme un homme
Tu t’habilles, tu te déshabilles enflammée, oh, des violets, le corps
mille questions, les réponses sont embarrassées.
Une Vierge Marie de rosée brûle dans le désert.
Champ de blé veut dire femme dans l’air au moment où le Soleil s’extasie comme un homme
De l’orbite de l’œil quelle monnaie d’or tinte sur le sein!
Une lyre arc-en-ciel s’est penchée un instant sur toi, s’est penchée un instant sur toi
Mais les yeux ne sont pas la pluie, les yeux ne sont pas la pluie.
Tu es la créatrice de mes larmes: comme le souffleur de verre magique.

Bouffonneries avec la mort

Il arrive parfois que les femmes nous veulent morts
en rêvant leur avenir sans nous.
Nous éternuons: A tes souhaits! - disent-elles.
nous conseillant de mettre notre écharpe
naturellement sans penser qu’elle se change en corde de pendu.
Il arrive parfois que nous voulons que nos femmes soient mortes
nous rêvons l’avenir sans elles
elles éternuent: A tes souhaits! - disons-nous
en leur attachant le dernier bouton de leur tricot
sans penser serrer bien plus fort qu’il ne faut.

Traduits par Solange d’ANGELY et Luan RAMA

Biography:
Petraq Risto
est né en 1952, dans la ville ancienne de Durrës, en Albanie, au bord de l’Adriatique. Il est l’auteur de nombreux recueils de poèmes, de nouvelles et de romans. Parmi ses livres poétiques, les plus connus sont La Pomme violée par les éclairs, Jeu d’échecs au XXI-ème siècle, L’Ange au virus H5N1 et récemment son dernier ouvrage Hallelulja. Dans sa prose on distingue les romans La «Belle» fantôme et moi Monsieur Touche-Morte, L’Avion du Paradis «Butterfly» et les nouvelles La mort du clown et Défense de tuer les loups.
Petraq Risto écrit avec succès la poésie contemporaine où on peut remarquer son esprit de révolte citoyenne, rempli de métaphores et de symboles, tandis que sa prose est proche du réalisme magique, peu utilisé par les auteurs de la péninsule balkanique. Il est apprécié par la critique littéraire qui le place à l’avant-garde de la littérature de son pays et à un niveau européen. Maintenant sa poésie chante non seulement en albanais, car elle est traduite et publiée aussi en anglais, en espagnol, etc.

iliriapost.pristina@gmail.com

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s