s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Alilouch M\'hamed [Iyider NKOB]
Nacionalidad:
Tamazgha
E-mail:
Biografia

Trois poèmes extraient de mon recueil de poèsie Amazigh
“Ameksa” qualifiant le 1ér Prix de la chaîne 2M de la creation littéraire en 2007. [M’hamed Alilouch –Iyider NKOB]

Remarque : il faut noter ici que la traduction de Tamazight en Français n’est pas une tache facile du fais que la langue Amazigh possède des termes spécifiques qu’on ne peut pas trouver dans la langue cible.

Ameksa
Nek d ameksa , ameksa n tudert !
Ameksa , ammas n àari t-tagant!
Han ulli ! Han uccen iratent !
Uskay d ameddakkel inw ! t-teghruct ghuri !

Nek d ameksa ! ameksa n wulli !
Da nekkergh urta a tafuyt tezéwiyt !
Sseftugh ! g uneqqar ameksu ay ttinigegh!
Inna g llan ! afella nnem a dduniyt !

Nek d ameksa ! ameksa n ikirwan !
Usigh kem a tissufra ! allas idrusen !
Aman g tittétt ! tabja tamanu !
Iqbi izwar I wulli , nek d umeggaru !
Igdi ammas , ur ihwi ihédaéa ulli !
Tawrut tga ifilu , tuga ayd ttinig ,

Nek d ameksa ! ameksa n wulli !
Iwigh itnan , I umesku ad yili ;
Ar théyyadégh I waman leghdir
A yulli ad i-tent ur swint.
Ula tcant iger n awd yan ,
Ula a yuccen i-tent immendér
Ard insey , ur id llin àanday-i !!

Nek d ameksa , ameksa n wulli
Iwigh itnan , hédugh ulli zund arraw
Ar talggat , g tafuyt teghlit
Ughulgh d zarun a yamazir , hennagh
Stigh ikerwan , fergegh as I tewrut
Tcegh k a kan Imensi , s tguni
Mmutgh s its , I yatfut-i
Tgezzulm a yidéan ghuri
A yités ur k cbiàgh ! waxxa g lyali

Nek d ameksa , ameksa n tudert
Asekka digh , imkilligh !
Aksuln wussan ghuri !
Allig array walfegh-t innemyar-i
Han ulli ku yat s ism nnes baynt-i
Ur ttugh awd yat …
Meqqar gigh dderri , a làmer tmezziyt-i,
Han zyama , han tahébart…

Nek d ameksa , nek d aselmad n tghuri
Iksan g tinmel , ighjden n temgherin
Ameksa g tamzit , ameksa awd ig xatergh
Hédugh azzan , ig ran ad kcemn ula ffeghn .
Asegmi d umsku I imehédéaren

Nek d ameksa , ameksa n icirran
Rulgh i tmeqqit aghghe nn amda
Rulgh I wulli afegh d irban
Ur ibddil umya xs adghar
Nek d ameksa , nek d aselmad
Zrigh tayssa nnigh ad ghergh
Rulgh I baba ddigh s tinmel
Ar qqargh allig imellul ighf

Nek d ameksa , nek d aselmad
Ikers uqmu , iga yakk ikernanacen
Nnigh ad mzirigh t-tussufra t-teghruct
Mzirigh d wulli t-tnekra n zik
Nek d ameksa , nek d aselmad
Hnnagh gg uccen , d urar n lbal
Ar skargh aynna righ ,mzarin ghifi wussan
Ula da tàawadgh I twuri matta was

Nek d ameksa , nek d lxuja.
Allig gigh aselmad , zzigh d ameksa
Ameksa ighran , ameksa n icirran
Han taghruct digh , han tissufra

Nek d aselmad , nek d ameksa
Han tawrut n leqqum tqqel zari
Han tanekra n zik , han tawuri!

Nkob ass n : 26/02/2955

Le Berger

Je suis le berger, celui de la vie!!
Le berger en pleines montagnes et forêts
Où les brebies que veut le loup
Le chien mon ami, et j’ai mon bâton

Je suis le berger, celuis des brebies
Je me reveille avant le lever du soleil
Faire sortir mes brebies, cherchant le pâturage
Où il se trouve sur la surface de la terre.

Je suis le berger , celui des agneaux
Endossé mon sac, dedans le déjeuner insuffisant
De l’eau dans l’outre, la flûte à côté
Le bouc prend la tête du troupeau et moi derrière
Le chien au milieu faisant la garde
Le troupeau s’aligne cherchant de l’herbe.

Je suis le berger, celui des brebies
Je fais de mon mieux pour assurer le fourrage.
Faisant gaffe à l’eau troublée
Pour ne pas êtres bue par mes brebies
Et de même pour les biens des autres
Et ne seront pas dévorées par le loup
Qui en a eu l’habitude, ah ! Quel malheur !

Je suis le berger , celui des brebies
Faisant attention, gardant les brebies comme des petits
Jusqu’au soir après le coucher du soleil
Où je retrouve vers l’abri rassurant
Isolant les agneaux, et enfermant le troupeau
Et mangeant mon dîner en dormant
Les yeux s’enferment, mon dieu quel sommeil !
Mes nuits sont pour moi très courtes
Le sommeil me manque toujours même en hiver.

Je suis le berger, celui de la vie
De même pour chacune des journées
Pour moi, ils se ressemblent mes jours
Et je me suis habitué
Mes brebies, à chacune un nom qui la désigne
Et je n’oublier jamais d’elles aucune
Même petit que je suis et encore enfant
Je reconnais Zayma, mais aussi Tahébart…

Je suis le berger , mais aussi l’enseignant
Qui paît à l’école les chevreaux des femmes
Berger que je suis petit, de même quand je suis grand
Gardant les enfant en sortant et en rentrant
Bonnes conditions et l’éducation pour les élèves

Je suis le berger, celui des enfants
Je veux éviter une goûte, mais tombé dans le lac
Evitant les brebies, j’ai trouvé des petits
Et il y a que la place qui a changé.

Je suis le berger, je suis l’enseignant
J’ai laissé le pâturage pour des études
S’enfuire à mon père, pour aller à l’école
Les études m’ont blanchi les cheveux

Je suis le berger, je suis l’enseignant
Mon visage tout devient ridé
Je me suis décidé de laisser le bâton et le sac
Mais aussi les brebies et le réveil à l’aube.

Je suis le berger, je suis l’enseignant
Laissant la garde, même celle du loup
Et je ferai ce dont j’aurai envie, les jours se différencient.
Et éviter la routine de chaque jour
Je suis le berger, je suis l’enseignant
Je deviens enseignant alors j’étais berger
Le berger lettré , le berger des petits
Le bâton et le sac sont de retour

Je suis l’enseignant, je suis le berger
Le troupeau des petits m’attend
Le réveil à l’aube et le travail !

Nkob le :9/3/2005

Immanw …!!!

A ha ! immanw ighudan !!
Kem ad i-ikan tudert iséfan ,
Tgit-I allig luligh ussan
Tekt-I allig tcigh ! sugh aman ,
Tbabt-I allig ghigh ad ddugh kigan ,
Tekt-I amarg nnem ihélan !
Tmayt-t afad gnegh neck idéan ,

A ha ! immanw irwan !!
Tgit-I asid I ubrid illasn ,
Tmmalt-I kullu izerfan n ufgan
Tsnéàt-t-I assidén s idéudan,
Tutt-t-I xf mayd ihélan ula may ixxan
Ad ikem ihédéu wadda ilan igenwan d ikaln
Ur nnegh akkem ttugh waxxa illa may illan

A ha ! Immanw icwan !!
Ttedégh aghghu nnem amellal iséfan
Irghan g tgerst d llyali mi ghzzifn yidéan
Ikermen gg usammer ihéman, ghzzifn wussan
Usigh d is tanumi d nniyt kigan
Allig ur ghiygh ad skersgh ula zéigh d awd yan
Ula ghigh ad annigh mayd ijjéan
Ihélu ghuri kullu mayd iijjan

A ha! Immanw ighudan!!
A tattast n mawrd ! a tuutebt n rrihéan ,
A yadéu n lghenbad iflujjan ,
A ha ! immanw irwan , ighudan …!!
Ad i-kem yadj rebbi , isgidy-am ussan
Yadjagh ard amm neg aynna illan

A ha ! immanw iflujjan !!
Kem tammurt ! kem tamagit !
Kem kigan urd aynna idrusan !!

Mqqar sawlgh ar imal ,
Ur nnigh ad d ttigh I watig nnem ighlan
Ad udugh gg iwaliwn …!!
A ha ! immanw ighudan!!
Inigh am ajmil nnem illan
Ad asigh awal nnem s ignwan
Ar d as isiln ; isin-as awd iwtlan ,
A ha ! immanw iàzzan …!!

N’KOB ass n 24/02/2955

Ma mère!!

Ah! Ma mère la plus belle !!
Tu m’as donné de la propre vie
Tu m’as fait naître des jours
Tu m’as donné manger ! Boire de l’eau
Tu m’as endossé, jusqu’à ce que je puisse marché
Tu m’as donné de la belle vie
Tu es éveillée, pour que je puisse dormir

Ah ! Ma mère la plus chère !
Tu es la lumière de ma vie
Tu m’as enseigné tous les droits du peuple
Tu m’as montré le calcule par tes doigts
Tu m’as châtié sur les bonnes, aussi les mauvaises choses.
Tu m’as bien éduqué sur ta parole
Que le bon dieu te garde pour moi !
Je ne peux pas t’oublier, quoique se soit

Ah! Ma mère la plus tendre!
J’ai tété de ton lait le plus pur
Le très chaud, même en hiver aux nuits longues
Le très frais, même en été aux journées longues
Qui m’a offert la droiture et la bonne conduite
Je ne peux pas me barrer avec quiconque.
Et je ne peux pas dire de gros mots
Et que j’aime tout ce qui est beau

Ah ! Ma mère la plus douce !
Le pot du parfum ! Un morceau du myrthe
Tu es la bonne odeur d’une fleur
Ah !ma mère la plus belle la plus chère !
Que te laisse et te garde pour toujours
Nous de même pour te chérir

Ah ! ma mère la plus purifiée
Tu es mon pays ! Tu es mon identité
Tu es tout en non rien

Quoique je dise, quoique je fasse
Tu resteras incomparable !
Je m’arrête de parler… !!
Ah ! ma mère la plus douce
De ton bienfait, je serai reconnaissable
Vers les cieux, je lèverai ta parole
Où elle sera écoutée, parlée même par les lapins
Ah ! ma mère la plus chère… !!

N’kob le :08/03/2005

TAYRI ISéFAN…

Nnani tayri da tessergigi ulawen !!
Nnani tayri ur tghiy i yirkan
Nnani tayri amm ughghu indan
At –t isuw yan s wurawen
Tayri a tayri iséfan !!

Ad am nn aznegh isnayen
Akkem id awen imnayen
Waxxa ntellit nnig itran
Akkem d awigh bla ilan

Acku tgit amm waman
Ar ssidern ku yan
Ar ssirden irkan
Ar ssemghayn ildjigen awd g izéran
Ar ten-issa ku yan

A tayri a tayri iséfan !!
Tgit asafar ittinig unna irufan
Tgit adéu iflujjan
Ikttéu ku yan aynna kkan
Adéu ttafan wulawen iséfan

A tayri a tayri iséfan !!
Akkem asigh s igenwan
Akkem ur ilkem aw dyan
Xs unna ilan igeldan
N iyider aberkan

Tayri a tayri iséfan!!
Tgit asafar idrusan…
Tgit asafar I umudéin ighlacan
Tgit amm tamimt ihérran

Unna kemm imdéin yiri kigan
Ar kemm ittinig g ighuliden
Ur ithenna ar d as-tili g ifassen

Tayri a tayri iséfan ! !
Iggudey wawal ghifem iheyyan
Illa g ineghmisen ula idelsan
Illa g temnadéin ula izlan
Yili gg wulawen I kigan
Tayri a tayri iséfan ! !

N’kob ass n : 29/09/2945.

L’amour propre…

On m’a dit que l’amour agite les cours!!
On m’a dit que l’amour ne supporte la saleté !
On m’a dit que l’amour est pareilau petit lait
Qu’on peut boire par les paumes de la main
L’amour ! Ah l’amour purifié !

Je t’envoyerai des missionnaires,
Pour qu’ils t’aménent les chevaliers,
Méme si que tu seras au-delà des étoiles.
Je t’amenerai sans tirage au sort.

Parce que tu ressembles à l’eau
Elle ressuscite toute personne,
Et nettoie toute saleté,
Elle agrandit les fleurs, méme sur les piéres
Et buvable par toute personne

L’amour! Ah l’amour purifié!
Tu es la cure cherchée par le soiffard
Tu es la bonne odeur
Que tout flaire où tu es passée,
L’odeur que trouvent les cœurs

L’amour ! Ah l’amour purifié !
Je te levrai vers les cieux
Pour que personne ne puisse te parvenir,
Sauf celui qui a des ailes
De l’aigle noir

L’amour ! Ahl’amour purifié !!
Tu es un rare traitement…
Tu es la cure d’une personne gravement malade,
Tu ressembles au miel amère,

En veut plus celui qui te goûte,
Méme dans les montagnes, il te cherche,
Il ne cesse sauf si tu lui es entre les mains

L’amour ! Ah l’amour purifié !!
Elle est pullule la parole qui s’est dite de toi
Elle exite dans les dires, mais aussi dans la langue.
Elle existe en poésie et dans les romances
Mais aussi dans les cœurs des personnes,
L’amour ! Ah l’amour purifié !!

NKOB le : 12/10/2005.

Biographie:
Alilouch M\'hamed [Iyider NKOB]


1] RENSEIGNEMENTS GENERAUX :
v Nom : ALILOUCH
v Prénom : MHAMED
v Fonction : Professeur
v Date et lieu de naissance : 01/01/1977 à NKOB.
v Télé : [+212]066 74 72 26
v Adresse : Centre NKOB B.P :40 C.P :45702 Zagora MAROC
-E-mail : alilouch_amazigh@yahoo.fr / anir2007ali@yahoo.fr
-Site Bloge : : www.alilouch.blogspot.com

2] DIPLOMES ET FONCTIONS :
v Bacc en sciences économique [1995] et en lettres modernes [2001].
v Licence en philosophie, option : sociologie.[2005]
v Professeur de Tamazight et L’Arabe.[1997]
v Correspondant du journal Agraw Amazigh [2003].
v Membre du comité consultatif de l’université Lahay[Holland] du média et presse.[2007]
v Directeur de bureau de Ouarzazat et le sud du l’université Lahay[Holland] du Media et presse.[2007]

3] TRAVAIL ASSOCIATIF :
v 1996/1998 : membre du bureau de l’association Tamaynut,Section Rabat ville.
v 1999/2002 : Président de l’association Saghrou pour le développement et la culture. Source d’information pour la création de plusieurs associations dans la région de NKOB : ass.Ousdiden –ass.Timhar –ass.Lghabt -.ass.Ighazzun – ass.Adar ntsawent-ass.Tifdassin …
v 2003 :Sécr. général de l’ass. Saghrou
v 2007 : vice-président de la fédération des associations à Nkob [17 associations].
v 2008 : membre des « Poètes du Monde ».

4] DISTICTIONS :
v 1er prix de la télévision 2M de la création littéraire 2007 en poèsie Amazigh. Avec mon recueil de poème «Ameksa » [le Berger ]

5] PUBLICATION :
v « Tatbirt Tawraxt » ensemble des contes amazighes.1°édition année 2006
v «l’ éducation et l’enseignement pour le développement » ouvrage en Arabe. 1°édition année 2007 .publication de la revue sciences d’éducation.
v « Les compétences dans l’enseignement entre la théorie et la pratique » Ouvrage publier par revue sciences d’éducations .avec la participation d’un ensemble des chercheurs. 1 ° édition 2004.

12] PROJETS D’EDITION :
je prépare enfin la publication de plusieurs ouvrages :
v “ les traditions sociales Amazighes –Ait Atta-“ en arabe.
v “ les enfants sont l’avenir de l’humanité” en arabe
v “ vers une Sociologie Amazigh!!” en Arabe.
v “ Tiysas n Wawal” [frisson du parole] recueil de poèsie en Tamazight.
v “ Awal n ifesti” [la parole du silence] recueil de poèsie en Tamazight
v « Inin n usegmi » histoires pour les enfants en Tamazight.
v « Tatéfi n Wurar » tome1 et 2 collection de la poèsie Amazigh.
v « village de Nkob : trésorerie et richesse des Ait Atta. » en Français.
v « l’école marocaine entre PPO et PPC » en Arabe.
v «Awujil » [orphelin] : roman en Tamazight.

Anir2007ali@yahoo.fr

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s