s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Ahcne Mariche [Consul - Algrie]
Nacionalidad:
Tamazgha
E-mail:
Biografia

Mebla d tiaad

A tin-iyi-d-yettassen
Mebla ula d ttiaad
A tin iyi-d-yettzuren
Ur fhimegh weraad
A tin iyi-ssefrhen
Azal-im izad

Txeddmedh ccghel-im
Ur d-cliaadh deg-i
Tettawdhedh iswi-m
tter tezridh i nekki
Lawan yakk d rray-im
Werdjn tcawredh-iyi

Xas ma nemwalaf
Ur frizent wallen
Tikwal nettemsaaf
gher wayen i agh-icerken
Xas ma nemxallaf
D win ikem-itebeen

Yiss-m nekk ttêussugh
Xas ur ttifen ifassen
I d-teqqaredh ad tarugh
Xas ur slin imzzughen
D isefra i ten-derrugh
U zgan d ighezfanen

Xas ma beddlegh amkan
Nekk ur m-fkigh tansa
Lawan-im d lawan
Mi ara therrek tassa
Tasraft-iw ad d-tban
Mi tebghidh taghawsa

Ur teseidh yiwen webrid
Ttawin-kem-id irkell–i
Aawin-im d icerrid
Negh d i ezizen fell-i
Tistent xas ur temsid
Din din yekfa kulci

TTaq tawwurt ghelqen
Reglegh ula d lecqayeq
Ur yelli i d-yeqqimen
Ula d tazulight teghleq
D acu i kem-id-yessawdhen
D avu negh d lebraq

Wahmegh amek i d-tettasedh
Alamma kan tewwdhedh-iyi-d
Wala amek tettruhedh
D awhid tettadjadh iyi-d
Ad-kem-djegh ad textiredh
Yiwen wawal ini-yi-d
Ilebda yid-i ad teqqimedh
Negh lehna-w sehder iyi-d

Hemmlegh-kem, kerhegh-kem
Imi zidedh, rzagedh
Hemmlegh-kem, kerhegh-kem
Fessussedh, ézzayedh
Hemmlegh-kem, kerhegh-kem
Akken tsehledh i twaaredh
Hemmlegh-kem, kerhegh -kem
Akken thedqedh , i tqebhedh

Sans rendez-vous

Toi, qui d’elle-même s’invite
Sans aucun rendez-vous.
Toi, qui me rends visite
Dont j’ignore les dessous.
Toi, qui me réjouis sans limites,
Ton mérite dépasse le tout.

Tu vaques à tes affaires
Ignorant jusqu’à mon existence.
Tu atteints ce que tu espères,
Me laissant que des souffrances.
Tu décides du temps comme tu le préfères,
Te moquant toujours de mes préférences.

Même si on s’est habitué en permanence
Mon regard ne t’a guère admiré.
Nous faisons des concessions d’allégeance
Concernant nos communs intérêts.
Quelles que soient nos différences,
Je demeure ton fidèle passionné.

Je suis sensible envers toi
Bien que mes mains ne t’ont effleurée.
J’écrirai tout ce qui sort par ta voie
Bien que les oreilles n’ont rien écouté.
J’en ferai des poèmes toutefois,
Dont la longueur sera inégalée.

Même si je change d’emplacement
Sans te communiquer mon adresse.
Ton temps s’avère le moment,
Dès que ton cœur est touché par la tendresse.
Mon gouffre te paraîtra évident
Et je comblerai tout ce qui t’intéresse.

Tu n’as pas d’itinéraire singulier,
Tous les chemins t’y conduisant.
Ton viatique, est-il amer et déprécié
Ou précieux comme je l’attends ?
Même si le pique n’est pas aiguisé,
Tout se résout comme par enchantement.

La porte et la fenêtre sont fermées,
J’ai même bouché les accès ouverts.
Aucun coin n’est négligé
Y compris les caniveaux divers.
Par où es-tu donc passée,
A travers le vent ou l’éclair ?

Il m’arrive de t’aimer, de te haïr,
Tu es aussi douce que désagréable.
Il m’arrive de t’aimer, de te haïr,
Tu es aussi délicate qu’insupportable.
Il m’arrive de t’aimer, de te haïr,
Tu es aussi familière qu’inabordable.
Il m’arrive de t’aimer, de te haïr,
Tu es aussi polie que décevable.

J’ignore par quel moyen tu arrives
Quand tu atterris chez-moi ?
Plutôt, comment tu t’esquives,
Me laissant seul, pantois ?
Il est temps que tu prennes l’initiative,
Entendre un seul mot de toi.
Restons ensemble à jamais si tu arrives,
Sinon, rends-moi la paix que tu me dois !

-– Adrim

Adrim nezrat d ttawil
I ittehwidj yal yiwen
Azal-is i t-yezran d igellil
Negh ahat d imerkantiyen
Ma d les richards ahlil
Yezga yettughru-ten

Adrim yessuffugh laaqel
I win ghef i d-yehdef
Yettara-t ini yemxel
Yeddehim mebhal ilef
Itteewwil ad irehel
Negh deg wadhu ad d-yettef

Xas ma ussu yettadh-d
S yidhes ur d-igellu ara
Xas ma lmakla tettawidh-d
Lbenna ur tettafedh ara
Ddheb d lfetta ma ternidh-d
Zzin ur yettnuz ara

Ad taghedh timusniwin
Ma d lehbab ala
Adrim ad ak-id-ibnu lehsin
I lmutt ur tsellkedh ara
Ad ak-id yextir di tmeqqerin
Deg igenni ur tezmiredh ara

I ghlayen yewwedh isiwadh
Mi t-id mennadh yella
Ma d rrezg ur twaladh
Ttedrent at-nneyya
Xas imnayen ad d-hiwledh
AAlem ur k-ttseliken ara

Ddwawi merra ad d-taghedh
Tazmert ulamek ara
Isafaren ad ten-id-tafedh
Ar lehna ur tettnuz ara
Zzhu ttnefcic twulfedh
Daxel ik laghmam yezga

I tebghiv ad at-id-taghedh
Mi ifat tkesbedh achal
Ala ayen ur tefrizedh
D wi d-yesseghlayen aqlal
Ur d-ttaran rruh teelmedh
D acu tdhemeaadh deg uffal

Idrimen ttawind achal
Ssah ur as ssawdhen
I d-ttawin d ajeghlal
Mi immar wi t-iaamren
Alama kan ifat lhal
I d-yettban lexdaa-nnsen

Aaddi ass-a eg ssuma
I rrezg lferh d tezmert
Wamma ihbiben d lehna
Tayri dderya annect
Teghzi n laamer, lmaana
Imelyaren-ik d taakemt
Ur k-ssawdhen s anda

L’argent

Nous savons que l’argent est un moyen
Et une nécessité pour tout individu.
Sa valeur est appréciée par le mesquin
Ou bien même les bourgeois reconnus
Quand aux richards je les plains
Il les déroutent, et sont toujours à l’affût.

L’argent fait perdre le bon sens
Pour les riches des derniers temps.
Il les pousse, à vrai dire, à la démence,
Fonçant tel un sanglier menaçant.
Dans les airs, ils voudraient qu’ils s’élancent
Ou s’accrocher carrément au
vent.

Acheter un lit, on le sait chose simple,
Il ne peut, hélas, garantir ’endormissement.
Même s’il procure une nourriture indispensable,
Tu ne lui trouveras aucun goût cependant.
Pare-toi d’or et d’argent si tu es capable
Mais sache que la beauté ne se vend.

Tu t’achèteras des connaissances
Mais au grand jamais d’amitié.
L’argent te bâtira une forteresse de convenance,
Mais la mort ne pourra t’épargner.
Tu pourras choisir ta tombe à l’avance
Mais au ciel tu ne pourras l’assurer.

Tu te permettras tout désir de valeur
Et tes espérances seront comblées.
Mais tu ne verras plus le bonheur,
Héritage exclusif des déshérités.
Même une armada de guerriers prometteurs
Ne pourra plus jamais te sauver.

Tout remède sera à ta portée,
Sauf bien sûr la vigueur !
La médication te sera d’un abord aisé
Exceptée la paix qu’on ne trouve chez les vendeurs.
La vie t’a gâté de plaisirs et de fierté Mais au fond,
tu débordes de peine et de douleur.

Tu achèteras tout ce que tu désires
Etant donné que tu as plein de sous.
Tout ce que tu arrives à découvrir
Et ce qui te séduit surtout.
Cela ne pourrait t’empêcher de mourir,
Qu’attends-tu d’un simple bambou ?

L’argent procure tant de choses
A l’essentiel il ne pourra accéder !
Ce n’est que les coquilles qu’il entrepose
Une fois de leurs contenance elles sont vidées.
Une fois l’effet justifié par la cause,
S’éclaircit alors la trahison avérée !

A présent, vas-y mettre un prix
Au bonheur, à la joie et à la santé.
Autrement dit, la paix, les amis,
L’amour, la multitude d’héritiers
La vertu et la longue vie…
Tes milliards ne sont qu’un fardeau malaisé
Qui ne t’ont assuré aucune garantie.

– Lhewj yesnulfa-iyid

Lhewj yesnulfa-iyi-d
D amekkan iga-iyi-d
Di tudert n wemdan
Achal d udem ifka-iyi-d
Yal talgha igerrez- itt id
Yecfa-yasent-id zzman

Achal s wayes i d-ceghlegh
Ccghel ad t-ssisehlegh
I wina iyi-d-yesnulfan
Achal d lhadja i gezmegh
Lxedhra, asghar sqecregh
Rnu ula d ikesman

Simmal lecghal ttgerrizegh
S yiman-iw ferrhegh
La tettnerni leezza-w
Si tkuzint wellah ar d-ffghegh
Di tdjoukhritt yak ughalegh
Rnan-iyi di ccbaha-w

ghef lêiv ttueellqegh
Lmefruz imedhqan rsegh
Hemmlen iyi medden irkeli
S leezz ay ttwattafegh
D imerkantiyen, slatten ddregh
Lihala-nsen teedjeb-iyi

A tawaghit i d-idhehren
Yir amdan mi-iyi-ssexdem
Ula di yir lecghal
Yiss-i ay ttuwecmen
R nu achal yemmuten
Rran-iyi d yir lfal

Di dqiqa teghli yiss-i Ghligh-d yak si laali
Ssethagh s yiman-iw
Grigh-d gher lqadhi
Mi ihkem ghef lassi
Mmektagh-d lhemm-iw

Ass-a ihwel lebhar-iw
Mmektagh-d akk tid-iw
D wansi yak i d-aaddagh
Times tbeddel-iyi udem-iw
Tafdhist tefka talgha-iw
S lmilaq leqdhaa kesbegh

I ijujah akk sebregh
I trabuzt mi sellegh
Lxater-iw iswehwih
Gher kra hercawen mesdegh
D lmilaq negh d adghagh
Akken ad iqdhiaagh mlih

I tigi yak i wumi sebregh
D wamek ghur-wen d-wwdhegh
Ay husbegh ma drus
Gher kra d lxir i xedmegh
I wiyadh d ccer i d-udjwegh
Ma ur iyi-taaqilem d lmus

Le besoin m’a inventé

Le besoin m’a inventé
Ayant une place réservée
Dans la vie de l’être humain.
De tous visages, il m’a doté,
Avec des formes variées,
L’histoire étant témoin.

Je m’occupe de toutes activités,
Je rends la tache aisée
Pour celui qui m’a découvert.
Oh ! Combien de choses ai-je coupées,
Légumes, maint bois taillés
Et quartiers de viande divers !

Au travail, je me perfectionne,
Etant fier de ma personne,
Ma valeur ne cesse d’augmenter.
A peine sorti de cuisine que j’abandonne,
D’un fourreau, on me couronne,
Chose qui me procure la beauté.

On m’accroche au muret,
Me réservant des coins préférés,
Parce que l’on me vénère.
On me saisit avec fierté
Dans la vie royale ou celle des aisés,
Celle d’ailleurs que je préfère.

Cependant, oh ! Quelle fatalité
D’être utilisé par un forcené
Pour commettre un carnage !
A cause de moi, on a balafré,
Beaucoup sont assassinés
Jusqu’à me qualifier de mauvais présage !

En une minute, tout s’en va,
Je m’écroule au plus bas,
Ayant honte de moi-même.
Devenu otage de l’homme de loi
Qui condamne ce malfrat,
Alors, je revois tous mes problèmes.

Ma mer, à présent, est déchaînée,
Me rappelant tout le passé
Et de toutes les voies déjà prises.
La flamme m’a défiguré,
Le marteau a pris le relais
Avec la pierre, on m’aiguise.

A tout feu, j’ai résisté,
Je n’entends que le soufflet
Qui malmène mon état.
A toute surface rude, on m’a aiguisé
A la ponceuse ou au rocher
Pour avoir un tranchant adéquat.

Voilà donc ce que j’ai enduré
Avant de vous rencontrer,
N’est-ce pas un vrai tourment ?
Chez certains, j’ai fait preuve de bonté,
Chez d’autres, j’ai causé desméfaits,
Le savez-vous ? Je suis le tranchant !!

Biographie de Ahcène Mariche

Ahcène Mariche est né le 21 février 1967 à Tala Toulmouts dans la commune de Tizi Rached la région du grand poète si mohand u mhand à l’est de la ville de Tizi Ouzou en grande Kabylie Algérie.

Etant au collège Laïmèche Ali de Tizi Rached, entre 1979 et 1983, ses professeurs découvrirent en lui le germe de l’écriture et son amour pour la culture. Une fois au lycée Abderrahmane El Ilouli qui a vu naître les : Matoub Lounès, Izri Brahim, Amghid..., malgré une orientation en série science, Ahcène trouva le milieu propice et commença a signer ses premiers poèmes exactement en 1984 .
En septembre 1986 il entra a l\\\\\\\'Institut technologique de l’Education pour devenir professeur de physique et là aussi les activités culturelles lui collent à la peau et signa plusieurs poèmes .
Ayant obtenu son diplôme, en septembre1988, il entama une carrière dans l’enseignement au collège de Tizi Rached, comme professeur de physique. Très communicatif, la mission lui a été très facile.
Deux années plus tard, il crée avec ses amis un club de correspondances et voyages au niveau du centre culturel de Tizi Rached où plusieurs activités furent organisées pour la promotion de la jeunesse et de la culture.

L’université de Corvalis aux Etats-Unis d’Amérique a publié son poème Sidi Valentin dans la célèbre anthologie « TO TOPOS ». au printemps 2005
le Haut commissariat à l\\\\\\\'Amazighité lui a publié 06 poèmes dans une publication collective pour 14 poètes intitulée Tibhirt n yimedyazen en 2005

Il a édité son premier recueil de poésie intitulé : Id Yukin [Les Nuits Volubiles] composé de trente deux poèmes en kabyle traduits en français et compte 113 pages où il aborde divers thèmes : l’amour dans tous ses états, la femme, le rêve, la paix, la beauté, la nuit, la vérité, l’ingratitude.

Apprécié, 11 mois plus tard, il édite son deuxième recueil qu’il a intitulé jalousement : Taâzzult-iw [Confidences et Mémoires] composé pour sa part de 25 poèmes et compte 122 pages.
il viens juste de terminer son troisième recueil intitulé Contusions \\\\\\\'Tiderray\\\\\\\'
composé de 33 poèmes et la version anglaise de son premier recueil intitulé \\\\\\\'Voluble nights \\\\\\\'
\\\\\\\'Confidences et mémoires\\\\\\\' va être édité en France en juillet 2007 chez la maison d éditions SEFRABER.
Plus de 300 autres poèmes attendent leur tour pour être édités.


ahcene mariche


site web:
http://ahcenemariche.free.fr

e mail :
ahcenemariche@yahoo.fr

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s