s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Abdelmadjid Kaouah
Nacionalidad:
Argelia
E-mail:
Biografia
Abdelmadjid Kaouah / Argelia
عبد المجيد ك. / الجزائر

Ikhlas/Final

Aux potes du monde


-I-

ont-ils assez ri
de toi et de tant dautres
les prescripteurs les proscripteurs
ceux qui tiennent la ligne droite
les tenanciers du slogan
agiles grimer leur boursouflure
fouler du talon le dsarroi du prochain
ont-ils assez moqu le niais
qui tient son cur scher
au grand air des chemins sans repre
ont-ils assez recouvert de poix
lcume lgre de nos jeunesses
les chemins clairs et fous
de la grande promesse


ils ont la clef du froid
la science de la pertinence marketing
la mmoire sinueuse des marchandages


-II-

et nous
nous gardons un vieux secret
une fertile parole sans posologie
nous aimons toujours sans rire
les hommes et leurs chants
opprims comprims largus
sur une mer nuit sans toile
entre deux frontires
sur une ple boue
pour noyer le destin
comme un chien enrag

est-ce la vague
est-ce cet increvable destin
qui sesclaffe sous le ciel

la posie est de cette terre
de notre monde


Abdelmadjid Kaouah

SUR TOUTE L'ETENDUE DE LA TERRE


C'est ici
que nous nous sommes donns
rendez-vous
dans le vaste bouillonnement
des foules dsempares

sur toute l'tendue de la terre
on se dbarrasse du surplus
on enterre sur l'autre versant du mensonge

fragile sentinelle
accabl de silences
entre l'oued et les remparts
un homme habite les remparts

*

que nous tions-nous promis
une suite de stridences
une sance de morsures

un bonheur toute preuve
quelques lambeaux de tendresse
par saison divorce
et par inadvertance nous voici runis

te voici contre miroir
clats bris saccades
te voici rduit l'paisseur de tes insomnies

te voici blessure sans miroir
dploy sur l'tendue de tes orgueils dsaccords
miroir sans dsir
d'o s'goutte le sang
des oiseaux dsaxs
surpris par le simoun

Ici l'eau a une fois pour toute rsolu le vieux dilemme : entre l'cume et les galets une subtile connivence rgne.
Sereine la main accoste, libre ses exigences. Et les saisons succdent aux saisons
Au rythme des peines nocturnes.
Le vent ameute les vivants. Il leur impose devoirs et servitudes.
Voici la murne alif violent qui procde de la passion des chevaliers enliss dans les sables de la mmoire.
Corps promis la corruption des critures malignes
Chair suspendue au mt de misaine
Navire l'encan et blasphme suprme
Le soleil s'ouvre les veines par-dessus le jasmin dment

ULYSSE S'EST PERDU DANS LE METRO

Pas compts d'Ulysse
Diadmes mortifres
Les chrysanthmes couronnent Collioure
Poussires de destin jet sur la voie Domitia

A son atelier
Il malaxe la syntaxe avec des fureurs prcolombiennes
Des lamentos rpublicains
Dans ses veines
Coule la source surhumaine
O viennent s'abreuver
Les passants sans valise

L'Autun gouverne sans partage
Il reoit la posie
Et ses ambassadeurs apatrides
Sans lettres de crance

Seul le vent aux semelles
Comme dans une parodie rimbaldienne
Ponctue les distances
De la valle de la Chevreuse
-reconnue comme dans un songe
Un roman picaresque rcrit nvrotiquement
Avec un avatar de Milady ouvrant son corps
Dans une fort noire-
Au royaume du sureau
L o les frontires s'abolissent
Comme dans un songe de libert
Et c'est peine perdue pour le tampon
Sur le passeport

TALISMAN

Quelques pas
Dans la dcomposition des trottoirs
Un alphabet d'allumettes qui se plat
A clairer la naissance d'une tumeur
Un talisman foudroy
Les yeux du gel

Pour tout cela
Il y a un remous qui plaide
Pour une goutte d'eau
Un oiseau qui attise sa surdit
L'aube atteste rpandue en bave
Les images solides du jour
Qui se poussent pour mieux
Jouir du mensonge

L-bas dans la forge des rancunes
O les femmes agiles de notre enfance
Prparent le vieux blier la braise
Les toiles chavirent dans la tragdie
Je suis le premier sous l'tendard
de la vase partout la vase
le temps et les herbes
envahissent les sources

au centre du champ
l'arbre flamboyant
et la fontaine tonne
o grouillent les destines
la recherche de vertus de dsirs de sacrifices
un peuple et un arc en ciel
[Extraits de Que pse une vitre qu'on brise]

biografia:
Abdelmadjid Kaouah / Argelia
عبد المجيد ك. / الجزائر


Abdelmadjid Kaouah est n le 25 dcembre 1950 An-Taya, prs d'Alger.
Journaliste de profession, chroniqueur littraire. Matrise de Lettres consacre la posie algrienne de langue franaise. Il publie depuis les annes soixante-dix : Alif, Europe, les Editions du Stencyl en Algrie. La violence qui a frapp son pays dans les annes quatre vingt-dix l'a pouss l'exil en France.
Il a publi galement en en France dans diverses publications : La Sape, Phratique, L'Orycte, Verso, Posie Premire, Sud etc...
Son recueil : Par quelle main retenir le vent, prfac par Tahar journaliste en 1986 voque ce qu'aurait pu tre l'Algrie si les potes avaient eu la parole. Par quelle main retenir le vent suivi de La Jubilation du Jasmin a t rcemment republi par les Editions Noir & Blanc ainsi que L'Ombre du Livre.
A publi prcdemment Le Noud de Garonne [Editions Autres Temps, Marseille]. Il a obtenu le Prix Sernet 1995 des Journes internationales de posie de Rodez pour La Maison livide [ditions Encres Vives, avec une couverture de Hamid Tibouchi, Toulouse]. A publi une anthologie : Posie algrienne francophone contemporaine [Ed. Autres Temps, 2004]
A paratre : Que pse une vitre qu'on brise

majidkaouah@neuf.fr

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s