s
s
s
s
s
s
s
s

El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

Ahmed Bouguarche
Nacionalidad:
Argelia
E-mail:
Biografia

Ahmed Bouguarche / Argelia
أحمد بوقارش / الجزائر


Pétales de mes rêves


Pétales de mes rêves
Eclatés par la bêtise masculine
Ecartelés par la tradition
L\'archaïsme au jour le jour
Pétales de mes rêves
Ecrasés par le mâle
Ecartés de la lumière
L\'obscurantisme est en vogue
Pétales de mes rêves
Etranglés par les voiles
Etrangers dans vos familles
Les murs en permanence
Pétales de mes rêves
Eclipsés tôt dans la vie
Eventrés la nuit de noces
Les couches en série
Pétales de mes rêves
Elimés jusqu\'à l\'usure
Eliminés pour un soupçon d\'honneur
Les coups à tout moment
Pétales de mes rêves
Essoufflés à trente ans
Effondrés à quarante
La vie de grand-mère jusqu\'au dernier jour.

Les quatre V

Les filles de mon village
Que le noir embellit
Le deuil, elles l\'avaient connu
Gazelles à la finesse légendaire
On vous enferme
La violence débordante des mâles
Vous la subissez chaque jour
Voile, Viol, Villa, Voiture
Les quatre V sont à la mode
Sortie voilée, violée, voiturée
Villa-prison et vieillesse
Qu\'on oublie d\'associer aux quatre V
De leur vigilance virginale
Un jour viendra où la liberté
Liberté de mes rêves inachevés
Dans un pays jeune
Déjà fracturé
Déchiré par le malentendu, brisé
Au nom d\'idéologies versatiles
Mes sœurs, les filles de mon village
Le dernier des V à subir leur virulence
Leur veulerie
Qu\'eux, les mâles, n\'osent avouer par vanité.

Alger blanchâtre

Alger la blanche
Mais ce n\'est pas blanche qu\'il faut l\'appeler
Alger la grise
Grise de rancune où les jeunes s\'enivrent de désespoir
De découragement
Alger la sale
Sale où l\'eau manque vingt cinq heures par jour
Alger la pourrie
Pourrie par la corruption de ses fonctionnaires et de sa politique
Alger la merde
Merde qui ne se dit que des rats qui mangent en plein jour les ordures de vos ordures
Alger les portes fermées
Les portes fermées de l\'avenir, des ministères, du parti, des responsables [?] et de toute la chefferie
Alger la perdue
Perdue au milieu de deux millions de kilomètres
Elle a perdu sa couleur
Alger la blanche
Oui blanches les nuits passées sur des cartons
Blanches les nuits de ceux qui attendent le matin pour un papier
Blanche de ses femmes voilées
Je dirai blanchâtre pour éviter bâtarde, la couleur qu\'elle a adoptée depuis que les jeunes sont mutilés.

Sans poème sang

Sans poème sang
Qui coule de nos malentendus
Aux lendemains de l’indicible atavisme
L’indifférence des pouvoirs
Et la misère d’un peuple
Sans poème sang
Qui empoisonne la vie des humbles
Au jour de l’incompréhension
Les dérives du clanisme
Et l’institution du régionalisme
Ne sortira que sans poème sang d’une tête enturbannée.

Nuit de noces

Nuit de noces, nuit de sang
L’extase des invités avides de sacrifice
Il t’immole pour rejoindre le groupe
Ton honneur est sauf
Sa virilité prouvée
Sang dru, silence épais
Toi, baignant dans une mare
Le drap circule de main en main
Les youyous brisent la nuit
Toi, tatouée pour la fin des temps
Blessure à jamais ouverte
Douleur sans limite
Nuit de viol, silence infini
La coutume est intacte
D’autres suivront sur l’autel
Souffrance perpétuée
Toi, maintenant soumise
Nuit de noces, violence éternelle
Tu rejoins le troupeau
En silence, ton silence

Népotisme et tyrannie

Népotisme, famille et fratrie
L’obsession du pouvoir
Par la violence, par l’interdit
Contre la volonté du peuple
La fin absolue de la tyrannie

Pouvoir, corruption, détournement et richesse
Ils disent « c’est nous la providence »
S’accaparent de ce qui reste
Et veulent obéissance et soumission.

Au prise avec leur avidité
On paie leur inconstance
Brûle nos rêves
Et détruit nos espoirs.

Ombre de nos malheurs
Nos malheurs de toujours
Sortis de l’ombre de votre médiocratie
Dieu que l’horreur s’amplifie

A la vue de la petitesse qui gonfle
Aux circonstances douteuses de son ascension
Seule la décharge publique gonfle sans raison
Lui oublie tout cela.

El-Eulma, mon village

El-Eulma, ville plate, allongée
Tels ses habitants devant l’autorité
Ville à l’ennuie facile et la bêtise à fleur de peau
El-Eulma, ma souffrance et mes années de braises
De mon enfance et des simples plaisirs
Ville ??? mon amour de village
El-Eulma au visage changé par la meute des douars
Ville défigurée par les gourbis et le béton des riches
Moi l’exilé au fond du monde
Je n\'oublierai jamais mon village aux mûriers meurtris par la médiocrité d’un maire
Je n’oublierai jamais les nuits fraîches, les longues marches,et les blagues des amis
Je n’oublierai jamais cet antre de quiétude où je retrouve les mêmes et les autres
El-Eulma, ma fierté, ma source et mon inspiration
Tels tes hommes au geste simple et au rire franc
Village de mon passé et ma colère débridée et la détermination résolue
Je reviens en pèlerin juste pour goûter à la platitude de ton paysage.

Biografia:
Ahmed Bouguarche / Argelia
أحمد بوقارش / الجزائر


Né en Algérie et plus précisément a El-Eulma, je vis aux USA ou je suis professeur de français et de littérature maghrébine de langue française a Californie State Université, Northridge dans la banlieue de Los Angeles. Poète, nouvelliste et critique littéraire . J\'ai publie des poèmes dans l’Algérie: Littérature/action en 200 des extraits de Pétales écrasés, poèmes repris par les éditions marsa dans Nouvelle poésie algérienne, 2002 et en juin 2006 des extraits de Sans [poèmes] sang. J’ai aussi publie des poèmes en français et leur traduction en anglais dans TO Topos: Poetry International publie par l\'université de l\'Oregon aux USA en 2005. J\'ai publie des nouvelles et des articles de critique littéraire sur la littérature maghrébine. J\'ai aussi donne des dizaines de conférences sur la littérature algérienne de langue française notamment en ce qui touche aux problèmes de l\'aliénation des femmes.



dzmessi@yahoo.com

 

Desarrollado por: Asesorias Web
s
s
s
s
s
s
s